Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc

 Voici les plus récentes remarques, questions ou suggestions que vous nous avez fait parvenir.

 16 février 2006; auteur : Yvonne VILLAUME, membre et doyenne du conseil d'administration de l'ARSMB

'Il faut avoir les reins solides pour faire partie du conseil d'administration de l'ARSMB! De quoi n'avons-nous pas été chargés?

On nous a d'abord accusés d'être d'affreux égoïstes défendant leur petit pré carré et rejetant dans les autres vallées la charge des poids lourds et de la pollution qu'ils produisent. Maintenant nous travaillons solidairement avec les autres habitants de l'arc alpin, du Brenner à Vintimille, et avec ceux des autres chaînes : Pyrénées, Jura, Vosges, qui souffrent du même fléau.

Ensuite, on nous a pris pour des naïfs. Comme nous sommes non-violents, respectueux des réglements, demandant une autorisation avant de manifester, les autorités ont pensé nous acheter par quelques bonnes paroles et des promesses vite oubliées. N'est-ce pas Monsieur Chirac qui a dit, au lendemain de la catastrophe de mars 1999 'il ne doit plus passer un seul camion dans ce tunnel'? Je pensais à lui en voyant, après notre barrage, dans le mugissement des camions, la 'pompe à fric' se remettre à fonctionner.

A présent, nous passons pour des terroristes. Vous voyez souvent des gens exprimer leur mécontentement en organisant une 'opération escargot'; la première et la seule en France qui se soit terminée par des arrestations, des gardes à vue et la confiscation des véhicules, c'est la nôtre, le 27 juin 2002. Triste record!

Aujourd'hui on nous accuse d'avoir mis en danger la vie d'autrui par notre manifestation du 8 février. Pourtant, nous n'avons pas cassé de vitrines, pas mis le feu à des bâtiments ou à des voitures, pas saccagé de gare, ni inondé de purin le jardin d'une préfecture. Le trafic international routier est bien plus dangereux que nous. Il a déjà fait et fera encore bien plus de victimes dans cette vallée par sa pollution.

Autre reproche : nous serions des retardataires, ennemis du progrès. De quel progrès? Des progrès du réchauffement climatique dont vous allez être victimes, vous et vos enfants, dans un avenir très proche, sachant qu'une part importante de ce réchauffement est dû aux transports? Ce n'est pas un combat d'arrière-garde que nous menons car maintenant on sait que ces dégâts vont se produire. Au contraire nous sommes fiers d'être à l'avant-garde car nous défendons les biens les plus nécessaires à la survie de l'humanité. Rappelons-nous : on peut vivre toute une vie sans argent (certains peuples s'en passent très bien); on peut vivre quelques semaines sans nourriture; on peut vivre quelques jours sans eau; mais on ne peut vivre que quelques minutes sans air.

Alors, devons-nous continuer à nous battre? Etes-vous prêts à nous soutenir, à nous aider? A vous de voir....'