Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc

2009

21-Déc-2009 - Grosse pollution à Passy.

Le Dauphiné Libéré en a fait sa une deux jours de suite:
"Taux record d'un polluant hautement cancérigène. PASSY, LA PLUS POLLUEE DE FRANCE?"
et
"L'INQUIETUDE GRIMPE AU-DELA DE PASSY".
Le quotidien s'appuie sur les relevés d'Air APS pour révéler que le benzo(a) pyrène, hydrocarbure aromatique péricyclique connaît sur la commune des taux alarmants. Soit 3.9ng/m3 alors que le site le plus atteint en France, celui de Feyzin près de Lyon est à 1.6ng/m3. Pour référence, les autorités compétentes et juridiques ont fixé à 1ng/m3 le seuil au delà duquel ce polluant est dangereux pour l'homme. Passy se situe donc pour 2008 à un taux 4 fois supérieur à celui autorisé par la loi.
La population s'indigne puis s'inquiète. Et ce ne sont pas les propos scandaleux de l'ancien maire de Passy qui vont rassurer:"c'est ma faute, c'est moi qui ai mis à disposition d'Air APS le terrain sur lequel la station a été installée". En d'autres termes, sans station, ni vu ni connu. Les morts liées au cancer seraient dues au tabagisme, même évidemment pour les non fumeurs.
Pas plus rassurants le maire actuel et son directeur de cabinet qui "pointent" l'industrie et le trafic routier, mais qui n'ont pas encore réfléchi à la démarche à suivre...
NAVRANT!!!
Air APS fait son travail: Relever et informer. Ce n'est pas lui qui a en charge la mise en place de quelque plan que ce soit. Ce n'est pas lui non plus qui décide du nombre de stations et leur emplacement.
A l'ARSMB, depuis de longues années nous recevons mois après mois ces relevés, nous dénonçons, nous invectivons, nous proposons. En 2009, les taux de PM10 (poussières fines en suspension cancérigènes également) ont dores et déjà dépassé les seuils légaux autorisés. Qui nous aide à dénoncer la situation? Qui nous aide à "bouger" les compétences?
C'est contraints et forcés qu'il y a plus d'un an, face à l'inertie et l'indifférence préfectorales, face au mépris de certains "décideurs potentiels", nous avons décidé de porter plainte contre l'Etat pour non respect de la loi L.A.U.R.E (Loi de 1996 sur l'Air et l'Usage raisonnée de l'Energie). L'instruction du dossier est en cours chez notre Conseil, dossier qui se muscle de semaine en semaine.
Le silence complice n'est plus de mise, le sacro-saint devoir de réserve non plus, pas plus que l'inaction coupable. Des élus l'ont compris, qui dans le cadre de leur niveau de compétence trouvent des solutions: Plan climat, amélioration des transports collectifs, prise en compte des paysages. Ceux se refusant à s'inscrire dans ce processus pourraient bien un jour devoir rendre des comptes: Il ne suffit pas de confiner les populations en cas de pics de pollution, ni d'interdire aux enfants de sortir en récréation. Il ne s'agit plus seulement de fibre environnementale, il s'agit de respect des lois.



Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

17-Déc-2009 - Au Mont-Blanc Copenhague est un mensonge.    [Galerie photos]

Une vingtaine de militants de l'ARSMB ont bloqué la route d'accès au tunnel ce mercredi 16 décembre. Blocage d'une heure et plus de 4 kilomètres de bouchons dans chaque sens....
Après la table ronde consultation du 02 décembre, durant laquelle la population a confirmé sans équivoque que le trafic routier international était plus que jamais d'actualité, l'ARSMB, en plein "sommet de Copenhague" a voulu réaffirmer physiquement son désappointement face à la réalité de terrain:
Encore un sommet, une rencontre de chefs d'états, d'experts, de décideurs. De bonnes intentions? De bons remèdes? Des effets d'annonces! Pendant ce temps au Mont-Blanc:
-Les glaciers poursuivent leur inexorable recul.
-Certaines communes de la vallée connaissent des taux de polluants les plus élevés de France.
-Camions et voitures s'engoufrent dans notre vallée et d'autres voies de l'arc alpin:
La volonté politique annoncée d'un report modal s'affiche-t-elle
- dans le doublement du tunnel routier du Fréjus?
- dans la mise en 2x2 voies de la RN 205?
- dans sa concession à ATMB qui en fait une autoroute?
- dans le risque patent d'un doublement du tunnel du Mont-Blanc?
- dans l'habile manoeuvre d'une exonération de l'écotaxe?
- dans le renvoi aux calendes grecques du Lyon-Turin?
- dans le détournement par l'état de 100 millions d'euros de la taxe carbone pour calmer un conflit social avec les chauffeurs routiers?

L'Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc n'acceptera pas une banalisation du trafic routier des marchandises à sa porte, ni le mensonge, ni l'inaction.
Le blocage a été levé au bout d'une heure, sans incidents, face aux forces de l'ordre pour le moins surprises.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

04-Nov-2009 - Table ronde le 02 décembre 2009

L’association pour le Respect du Site du Mont-Blanc organise une consultation/table ronde le mercredi 2 décembre 2009 à 20h30 au Majestic à Chamonix Mont Blanc.

Dix ans après la catastrophe du tunnel du Mont Blanc, sept ans après le retour des camions, et à la veille de la concession de la RN 205 à la société autoroutière ATMB, il nous paraît essentiel de faire le point et de recevoir les suggestions et le positionnement de la population et des élus.

Ne pas obtenir d’avancées environnementales significatives au pays du Mont-Blanc et dans toute la vallée de l’Arve dans le contexte maintenant avéré du réchauffement climatique, c’est faire le choix délibéré de n'en obtenir nulle part.

C’est pourquoi nous comptons sur votre présence, votre avis étant de première importance.
Si toutefois vous ne pouvez pas vous déplacer, nous vous remercions de bien vouloir nous faire part de vos remarques par écrit ou par mail*. Nous y apporterons la plus grande attention.

Possibilité de co-voiturage: Rendez-vous au Parking de la gare du Fayet entre 19h30 et 19h45.


Pour plus de reseignements cliquez ici

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

03-Oct-2009 - Concession à ATMB de la RN 205    [Galerie photos]

C'est fait. La RN 205 sera sous concession ATMB (Autoroute et Tunnel du Mont-Blanc)effective à compter du 01 04 2010.
Cela nous a été confirmé par M. De Pablo et M. Chaumont lors d'une entrevue qu'ils nous ont accordée ce 30 septembre. Maillon manquant du réseau autoroutier d' ATMB via le tunnel du Mont-Blanc, cette voie restera cepandant route nationale, voie expresse. Contrairement à ce qui a été écrit dans la presse locale, elle ne sera pas gratuite. D'ailleurs comment eût-elle pu l'être. Des augmentations sont à prévoir au péage du tunnel, pour camions et VL, de même que sur l'ensemble du réseau autoroutier ATMB, dans le cadre de la loi imposée par l'état en la matière. Un programme de travaux et de sécurisation est d'ores et déjà arrêté.
Une route nationale "Canada Dry" en quelque sorte: Elle a tout d'une autoroute, elle a le goût d'une autoroute, mais ce n'est pas une autoroute.

Lors de cette entrevue, il a aussi été question de la sécurité sous le tunnel et des déclarations de M. Lévy lors de sa démission du poste d'administrateur d' ATMB. Pas question pour l'ARSMB d'exploiter ces déclarations et de surenchérir. Messieurs De Pablo et Chaumont nous ont présenté "le bilan sécurité" depuis la réouverture en 2002. Il a aussi été question des programmes à venir, en cours d'expérimentation, comme par exemple, un dispositif d'aspersion du feu par le haut, afin de comparer son efficacité par rapport à l'aspiration et l'extraction des fumées.

Enfin Messieurs De Pablo et Chaumont nous ont assuré que le dispositif des filtrages des rejets du tunnel, serait fonctionnel fin 2010, côté français pour les particules fines.

L'ARSMB a fait état des avancées de ses démarches et confirmé son rôle de "sentinelle" à tous niveaux, en réaffirmant une communication sans complaisance mais loyale et transparente.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

25-Sep-2009 - Sécurité dans le tunnel: De vieux démons ressortent

Un administrateur d'ATMB (Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc) qui claque la porte, cela peut sembler anodin, fût-il ancien directeur général de la société. Mais qu'il présente sa démission, comme il vient de le faire, aux motifs qu'il évoque, cela crée un écho détonant:
M. Bertrand Lévy, garant de la sécurité dans le tunnel, mémoire de l'ouvrage, pose les armes: Selon lui, "une certaine perte de la culture de sécurité insufflée après la catastrophe fait qu'une routine s'installe".
Il va plus loin, dénonçant des équipements vieillissants, notamment en matière de gestion technique centralisée. Pire:
"Des équipements annoncés à la réouverture en 2002, n'ont pas été réalisés, comme par exemple le système de comptage des véhicules en temps réel".
Par ailleurs, le Groupement européen d'intérêts économiques (GEIE) n'a pas suffisamment d'influence sur les collaborateurs italiens:"En Italie, la culture de sécurité n'est pas la même".
Du déjà vu, déjà entendu, en des heures sombres: de quoi faire ressortir de vieux démons....M. Lévy ne sera pas le fusible de service. Et de poursuivre, déplorant que l'ATMB investisse plus dans l'A40 et (bientôt feue) la RN 205 que dans la sécurité du tunnel:
"Je déplore qu'aujourd'hui l'on investisse cinq fois plus sur le réseau autoroutier qui rapporte deux fois plus".

Imparable!!!

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

23-Sep-2009 - ça chauffe: faisons le point.....

Faisons le point:

A l'initiative du SIVOM de la Haute Vallée de l'Arve, se sont déroulées les journées contre le réchauffement climatique. Diverses animations et initiatives à Servoz, Les Houches, Chamonix et Vallorcine ont permis une sensibilisation et des échanges sur l'état des lieux et les remédiations.
Parmi les moments forts, citons:

1.La projection du film « The Age of Stupid »: Ce film « L'ère de la stupidité » empreint d'un réalisme brut sur le réchauffement climatique donne également une note d'ouverture et d'espoir quant à notre pouvoir à inverser la tendance. Bien sûr il est question aussi de transports: Fernand Pareau, figure de la vallée, doyen français des guides de haute montagne, militant actif à l'ARSMB, y tient son rôle: Son regard bleu, sa détermination, son humilité aussi expriment un état d'esprit sans concession mais plein de sagesse et de bon sens sur notre environnement aussi beau que vulnérable et qui reste à protéger.

2.Une rencontre élus-experts-citoyens traitant de la mise en place d'un plan climat territorial: L'état des lieux présenté par les techniciens experts (glaciologie, Ademe, APS, Prioriterre) est plus que préoccupant: Le réchauffement est plus fort dans les Alpes et les régions de montagne en général qu'ailleurs: La vallée de l'Arve rassemble davantage les facteurs aggravants d'émissions de CO2, d'impacts visibles et d'effets quantifiables. Les maires présents (Chamonix, Les Houches, Servoz et Vallorcine) ont manifesté leur volonté de participer activement à l'inversion de la tendance. Chacun a exprimé son souci de continuer à soutenir l'ARSMB dans sa lutte contre les camions T.I.R et nous savons pouvoir compter sur eux.

Et pendant ce temps...
soufflent le chaud et le froid:

1.Le gouvernement annonce un plan de relance du fret ferroviaire: Cette annonce est conforme aux objectifs du grenelle de l'environnement annonçant le passage de la part du fret non routier et aérien de 14 à 25% d'ici 2022. Ce plan ôterait dans l'arc alpin français le passage d'un million de camions/an au Mont-Blanc-Fréjus-Nice. Il n'en demeure pas moins que les pertes du fret ferroviaire au profit de la route n'ont cessé de croître en 2007, 2008 et 2009. Alors?

2.Les travaux de percement de le galerie dite de sécurité au tunnel routier du Fréjus commencent: Une manifestation regroupant 800 personnes à Oulx en Italie n'y fera rien, bien sûr, pas plus que notre action en justice à l'issue de laquelle nous avons été déboutés. Alors?

3.Le gouvernement fait volte-face contre les mégas camions ? Devant la détermination de nombreuses associations et le succès d'une pétition à l'initiative de FNE, M. Bussereau, ministre des transports, annonce que l'expérimentation sur le territoire français des 60 tonnes (25m de long) ne se ferait pas. Il a aussi déclaré que la mise en circulation des 44 tonnes n'était pas d'actualité. Et pourtant, on en voit...Alors?

4.La mise en place de la taxe carbone pousse le lobby routier à demander des compensations. Ce serait un comble. Le danger reste cependant fort de voir les efforts de plusieurs années de l'ARSMB annihilés. A suivre de très près.

5.C'est en ce moment qu'a lieu à l'Assemblée Nationale le débat annonçant la mort de la RN 205 au profit d'une concession à ATMB (Autoroute et Tunnel du Mont-Blanc). En effet ces 17 km de Passy à la plateforme du tunnel étaient le maillon final manquant au réseau ATMB.
L'ARSMB n'a pas ménagé sa peine pour que l'éco-taxe sur les T.I.R soit appliquée sur ce tronçon. Un amendement a même été voté à l'Assemblée Nationale pour déroger à l'application seulement sur les voies non concédées. Qu'en reste-t-il?

6.La mise en 2x2 voies, ajoutée à la concession de la RN 205 valent création d'une autoroute déguisée elle aussi. Alors où, quand, comment et combien le péage pour Tous les usagers???

C'est pourquoi nous considérons que
le plan climat dans la haute vallée de l'Arve effectivement s'impose. Le bas de la vallée ne doit pas être en reste d'ailleurs. Ce plan n'aurait-il pas dû commencer à anticiper ces infrastrucures routières nouvelles, appelant inexorablement davantage de trafics, donc d'émissions de CO2, plus les NO2, O3, et autres PM10 touchant eux la santé publique.
Face aux projets d'intentions et effets d'annonces globaux, la réalité du terrain est implacable et viendra aggraver un bilan déjà alarmiste.
L'ARSMB garde la volonté d'inverser la tendance dans le domaine qui est le sien: Il est encore temps mais le temps presse. C'est pourquoi nous pouvons d'ores et déjà annoncer que nous organisons à Chamonix le mercredi 02 décembre 2009 au Majestic à 20h30 une large concertation table ronde à laquelle seront conviés tous les adhérents, les habitants de la vallée et les élus. Chacun s'exprimera sur les objectifs et prérogatives à s'octroyer ou pas, ainsi que sur les forces vives disponibles. Nous en tirerons les enseignements qui s'imposent Une large information sera diffusée en temps utile.


Le Conseil d'administration de l'ARSMB.


« Chacun a le devoir, tant individuellement qu'en association avec d'autres, de protéger et d'améliorer l'environnement »
Article 2 de la Charte de l'Environnement, adossé à la Constitution française.




















Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

07-Jul-2009 - Déboutées par le tribunal administratif.

L'ARSMB s'était portée plaignante aux côtés des associations mauriennaises contre le projet de la galerie de sécurité de 8m au tunnel routier du Fréjus.
Elles ont été déboutées par le tribunal administratif de Grenoble le 29 juin dernier au motif que rien ne laisse supposer (pour l'instant) que cet ouvrage pourrait être utilisé en voie de circulation.
Rappelons que le projet initial de mise en sécurisation de l'ouvrage par une galerie de 4.80m avait reçu l'aval de toutes les parties avant d'être définitivement et subrepticement abandonné.
Le constat est à faire d'un nouveau pas en arrière en faveur de solutions alternatives abandonnées au profit du seul mode routier, sous la pression la SFTRF toute puissante (Société française du tunnel routier sous le Fréjus) et de bien des élus aux ordres. Au moment où l'état français vient d'autoriser l'expérimentation sur nos routes des mégas camions de 60 tonnes et 26m de long, la question demeure du coup médiatico-politique du Grenelle de l'Environnement.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

25-Jun-2009 - Audience en référé le 29 juin 2009.

L'ARSMB est plaignante au côté des associations mauriennaises dans la demande de référé suspension contre les travaux de construction d'un second tube routier du tunnel du Fréjus.
Si nous gagnons, les travaux seront suspendus en attendant le jugement en cours.
Ce référé s'inscrit dans la procédure du recours contre l'arrêté du préfet de Savoie, autorisant, à l'issue d'une enquête publique tronquée, la construction d'un second tube, déguisé en galerie de sécurité de 8m: soit un mètre de plus que le tube en service au Mont-Blanc.
L'audience aura lieu le 29 juin 2009 au tribunal administratif de Grenoble à 14h15.
Nous rappelons que lors de l'enquête publique, seuls 2 avis favorables au projet de 8m ont été reçus, contre 938 défavorables. L'état n'a tenu compte de rien. La démocratie et la consultation citoyenne sont méprisées.
Nous demandons la réalisation de la galerie de sécurité avec le diamètre initialement prévu et accepté de 5m, n'autorisant pas le doublement de l'ouvrage.
Le coût de cette galerie doit incomber au trafic poids lourds.
Les 50 millions du plan de relance affectés par l'état à ce doublement doivent être dirigés vers le démarrage des travaux de la descenderie Chartreuse pour le Lyon-Turin.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

15-Mai-2009 - La montée à vélo du 6 juin 2009 annulée.

COUP DE GUEULE !

Hypocrisie, postures et forfaitures. 
Stop, n’en jetez plus, la cour est pleine :
Au global, le Grenelle de l’Environnement enterré dans les couloirs de l’Assemblée, les programmes autoroutiers relancés, le ferroutage Luxembourg/Perpignan arrêté, le Lyon/Turin ferroviaire enlisé, les méga camions de 60 tonnes bientôt autorisés, le doublement du tunnel routier du Fréjus commencé, etc …
Face à ce festival de fourberies, l’heure est venue de nominer les responsables :
A tout seigneur, tout honneur, c’est au super-ministre Borloo que revient haut la main la médaille d’or. C’est lui qui porte entièrement la responsabilité de l’enlisement du Grenelle des transports. Médaille d’argent, son Secrétaire d’Etat Bussereau pour qui c’est confusion et débandade face à la pression des lobbys routiers et industriels. Médaille de bronze pour leurs affidés, ces députés amendeurs nocturnes et pdg publics formatés en apôtres du système. Tous ensemble, ils ont renié leurs promesses et tourné le dos à cette vérité qui dérange : l’urgence du transfert modal pour cause de changement climatique.
Au local, l’indifférence des populations à notre encontre, la démobilisation des adhérents, les agressions physiques et verbales de certains, la rancœur de pseudo-militants et les coups bas en tous genres.
Ni dupes ni soumis.
A l’ARSMB, c’est à nouveau la défiance envers un ordre établi que nous ne reconnaissons plus. Pourtant on y a cru. Deux années passées à positiver, à participer, à croire qu’un autre monde des transports était possible. Nous étions persuadés que la crise économique et financière qui nous touche de plein fouet serait l’élément déclencheur de cette opportunité.
Aujourd’hui finies les concessions. Plus question de s’accommoder. Ce n’est pas de l’incompréhension que nous ressentons, mais de la colère.
C’est pourquoi ce contexte délétère nous contraint à annuler l’édition 2009 de la montée à vélo prévue le 6 juin.
Nous restons l’arme au pied, libres de nos pas.



Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

15-Mai-2009 - ARSMB et politique partisane

L'ARSMB comme ses statuts le rappellent clairement « est une association libre et indépendante qui s'interdit toute activité politique ».
Politique partisane bien entendu.
La diversité d'opinions de ses adhérents l'oblige à cette réserve.
Aussi, dans le cadre de campagnes électorales quelles qu'elles soient, et surtout dans le contexte délétère actuel, l'Association se refuse à organiser, encadrer, soutenir toute manifestation à la demande de partis politiques ou de listes, y compris ceux et celles recevant notre adhésion au niveau des idées et des objectifs environnementaux défendus.
C'est pourquoi l'ARSMB a décliné l'invitation d'Europe-Ecologie à se rendre sur la plateforme du tunnel ce 15 mai.
Il en sera de même pour toutes les autres sollicitations sans exception, dont celle du 26 mai.
Prenant bonne note de l'intérêt qui lui est porté et des convoitises qu'elle suscite , l'ARSMB saura se rappeler au bon souvenir de chacun dans ses actions et démarches.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

11-Avr-2009 - A40 et tunnel: Danger!




En moins d'un mois, plusieurs accidents, départs de feu, et incendies importants de camions se sont produits sous le tunnel du Mont-Blanc ou sur l'A40. Tous n'impliquaient que des camions:
- Fumées suspectes sous le tunnel dues à des ruptures de turbos de poids lourds, nécessitant la mise aux abris des usagers.
- Incendie d'un poids lourd à Vougy sur l'A40 nécessitant l'arrêt de circulation dans le sens Cluses-Annemasse.
- Accident d'une semi-remorque chargée qui se couche sur le côté au niveau des travaux de la 2x2 voies des Bossons à Chamonix.
- Incendie d'un poids lourd chargé sur l'A40 à Etrembières nécessitant l'arrêt de circulation durant de très longues heures.

Si aucune victime n'est heureusement à déplorer, force est de constater que ces « incidents » ont provoqué des bouchons importants et durables, et des difficultés pour les secours à intervenir rapidement.
L'Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc prend note d'un avertissement sans frais rappelant la face accidentogène d'un trafic poids lourds dont la très légère baisse n'est due qu'à la seule crise.
La communication paradisiaque d'ATMB dans la presse et sur les ondes se prévalant d'un souci permanent à l'égard de la sécurité des usagers et de l'environnement ne doit pas autoriser quiconque à baisser la garde. Au risque que les heures les plus sombres ne resurgissent sournoisement en pleine lumière, dix ans après.



L'A.R.S.M.B.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

27-Mar-2009 - On a eu chaud !

Ce vendredi 27 mars, trois jours après la cérémonie du 10ème anniversaire de la catastrophe, un camion a subi un départ de feu sous le tunnel du Mont-Blanc. Maîtrisé rapidement, il n'y a eu ni victimes ni dégâts importants à déplorer. Mais l'alerte fut suffisamment chaude pour que les pompiers de Chamonix montent en renfort et qu'un véhicule du Smur se déplace. 35 personnes ont dû rejoindre les abris et y rester près d'une heure. Le camion fumant dont le chauffeur avait fait le choix de rouler vers la sortie, fut intercepté à 7 km de la sortie française, dans le sens Italie-France, à hauteur de l'abri n° 22.
La circulation reprenait normalement, deux heures après la déclaration du sinistre.
L'occasion de rappeler qu'il est risqué d'oublier qu'un tunnel, même parmi les plus sécurisés d'Europe, reste exposé. Outre les impondérables, les aléas, demeure la constante: les rampes d'accès à forte déclivité qui font chauffer moteurs et turbos, sans que le passage obligatoire sous le thermographe ne détecte la moindre anomalie. Monodirectionnels ou bidirectionnels, ce ne sont pas le tunnels qui sont dangereux, ce sont les camions qui les empruntent. A ne pas oublier non plus.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

24-Mar-2009 - 10ème anniversaire

Une délégation de l'ARSMB a tenu à participer aux cérémonies du 10ème anniversaire de la catastrophe du tunnel. Discrétion et profond respect, en ce jour, comme tout au long de ces dix années durant lesquelles l'ARSMB s'est refusée à toute exploitation émotionnelle du drame eu égard à la mémoire des victimes.
Respect pour la douleur des familles: L'heure était au recueillement, « à la mémoire dans un monde qui oublie » et pour beaucoup, au pardon même.
Rien ne serait pire pour l'ARSMB effectivement d'oublier:
-Oublier que les camions eux ont la mémoire courte, que rien n'a réussi à leur barrer la route, que malgré une sécurisation du tunnel exemplaire nous dit-on, la menace persiste, sournoise et patiente, à l'image de départs de feux relativement fréquents, fort heureusement rapidement maîtrisés...jusqu'à quand ?
-Oublier que tout le travail, l'énergie, le coeur aussi des militants actifs de l'ARSMB ne restent pas lettre morte dans la résignation, l'acceptation puis la routine.
-Oublier qu'ils continuent et continueront à servir l'intérêt général, la santé publique, l'environnement, le bon sens, en un mot la vie.


Ami entends-tu…

Onze heures sur l’esplanade du mémorial dédié aux victimes de la catastrophe. Il neige des flocons noirs.
Au loin la sirène du tunnel fend le silence. Trente neuf colombes blanches, trente neuf ballons dans le ciel, trente neuf morts. Dix ans déjà…
La cérémonie du souvenir à peine terminée, une autre sirène annonce la reprise du travail à l’usine à camions.
En bas , d’autres vannes s’ouvrent. Une horde de camions gavés d’impatience s’élancent à l’assaut du tunnel, se doublant malgré l’interdiction.
Au pied du Mont-Blanc, un autre chant de sirène par sa douceur attire le voyageur sur les écueils:
Le président avait dit : « Plus jamais ça ! La vraie solution c’est le retrait des camions du tunnel… ». D'autres concédaient:  « Le risque zéro n’existe pas… » afin de justifier le retour des camions et la suppression de l’alternat. Les mêmes affirment maintenant : « …que les travaux entrepris dans le tunnel du Mont-Blanc le définissent désormais comme le meilleur en matière de sécurité des tunnels bidirectionnels." ». Un air d’avant la catastrophe.
Eh bien non ! Quoiqu’ils disent, la réouverture du tunnel ne s’est pas faite en toute sécurité. Non, tout n’a pas été fait pour éviter le passage des camions. Oui ! le risque zéro d’un incendie de poids lourd dans un tunnel est possible: il suffit de le mettre au repos, sur un train.
Mais le ferroutage et l’intermodalité, ne seraient-ils «  qu’une stratégie de communication visant à contrer les offensives écologiques locales et à surfer sur la mode du développement durable ? »*


*Philippe Fourny « L’incendie du tunnel du Mont-blanc »-édition du Mécène-avril 2009-p128-

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

23-Fev-2009 - Compte-rendu de l'AG 2009.

Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc.

Compte-rendu de l'Assemblée Générale du 20 février 2009.

Environ 80 personnes présentes, 193 pouvoirs reçus pour 701 adhérents individuels et familles dont 50% résident hors Haute-Savoie. Le quorum statutaire des ¼ étant atteint, l'AG est déclarée ouverte.
A la tribune: Jean Pierre Comeliau Président, Jean Martinetti vice-Président, Maryline Métral trésorière, Catherine Simond-Aknine.
Officiels: M.Martial Saddier Député, M.Eric Fournier Maire de Chamonix.
D'autres associations locales sont représentées ainsi que celles de la Maurienne.
Excusés: Christine Mattel, Françoise Fogola, Gilles Texier.
Assemblée commencée à 20h 40.

Première partie: Assemblée Générale statutaire.

1.Rapport moral du Président:
Le Président remercie Messieurs Martial Saddier député et Eric Fournier Maire de Chamonix qui honorent notre assemblée de leur présence. Il salue les Associations de la Maurienne de leur soutien.
Jean Pierre Comeliau fait un bilan historique de l'Association, 10 ans après la catastrophe du tunnel le 24 mars 1999, en le déclinant en quatre périodes:
-1991: Naissance de l'association en crainte au doublement du tunnel. En 1998, 800 000 poids lourds par an empruntent l'ouvrage. Le projet du tunnel ferroviaire Chedde-Morgex n'aboutit pas.
-1999 : 39 morts sous le tunnel. Période de révolte qui appelle à 0 camion pour la suite. L'émotion, la mobilisation, l'indignation sont fortes, la pression policière aussi. 2003 sonne le glas de nos espérances avec le retour des camions et un constat d'échec.
-Débute l'entrée en résistance, avec une démobilisation de la population. Le combat se délocalise ou se globalise dans une approche générale. L'accident au tunnel du Fréjus en 2005 et le report du trafic au Mont-Blanc provoquent une prise de conscience dans les communes de la moyenne et basse vallée. En février 2006 l'ARSMB barre la route d'accès au tunnel.
- A partir de 2007 débute une période d'espoir, par une prise de conscience générale, due au réchauffement climatique, à la raréfaction des énergies fossiles, à des messages forts comme le pact écologique de Nicolas Hulot, le film d'Algor, les engagements de Nicolas Sarkozy et ses promesses, les mesures du grenelle de l'environnement etc...

Localement la vigilance porte actuellement sur les points suivants: l'application de l'écoredevance et les problèmes de pollution. Le Président réclame le soutien de la population et l'invite à une forte mobilisation lors de la montée à vélo du 6 juin 2009.
Le rapport d'activités est énoncé par un commentaire de toutes les démarches, actions, courriers et entrevues de l'association au-cours de l'année écoulée: Un document listant ces actions a été remis à chaque personne présente:

ARSMB Février 2008 – Février 2009:

-24 mars: 9ème anniversaire de la catastrophe du tunnel.
-début avril: entretien avec la société terriscoop mandaté par pro-mont-blanc.
-9 avril: réunion débat à Modane en soutien aux associations locales contre le projet de doublement du tunnel du Fréjus.
-10 avril:participation à un atelier citoyen région Rhône-Alpes.
-18 avril: pro-mont-blanc reçoit M.Saddier.
-5 mai et 5 juin: intervention au collège de Warens à Passy.
-15 mai rencontres avec journalistes Montagne Magazine.
-6 et 7 mai: colloque de la convention alpine à Chambéry.
-fin mai: démarches organisation montée blanche: RV à Annecy avec le colonel Kim + courriers préfet.
-31 mai: montée à vélo.
-25 juin:vigie.
-15 août: fête des guides.
-15 septembre: rencontre en préfecture de Chambéry de M.Gautier conseiller transport du ministre.
-24 septembre:vigie.
-25 octobre: opération banderole au viaduc Sainte-Marie écotaxe bidon?
-28 octobre: entretien M.Mudry maire de Marigner président de la commission transports au conseil général.
- début novembre: présence aux 2èmes rencontres alpines à Sallanches. Participation de l'ARSMB au débat ayant suivi la projection du film de Denis Ducros « Hannibal mécanique ».
-3 novembre:entretien M.Saddier RN 205 écotaxe.
-14 novembre:rencontre étudiants préparant une thèse protection du Mont-Blanc.
-15 novembre:AG de pro-mont-blanc.
-17 novembre: Entretien avec le Maire de Chamonix au sujet du classement Unesco.
-19 novembre:AG du CPVH.
-21 novembe: rencontre avec Cyril Pointe du Faucigny pour bilan ARSMB et pollution trafic.
-25 novembre: rencontre à Ville-la-Grand SNCF et Mountain Wilderness protection des Alpes.
-5 décembre: comité de ligne à Chamonix.
-9 décembre: réunion à La Roche Frapna mise en place réseau correspondants sentinelles .
-18 décembre: présence inauguration des bus à Chamonix.
-19 décembre: rencontre à Bonneville avec Me Kosciusko-Morizet, son conseiller, le préfet, 2 députés et 3 autres associations.
-19 décembre: réunion publique en mairie de Cluses sur la pollution.
-17 janvier: réunion débat anti doublement du tunnel à Tende.
-20 janvier: rencontre avec le Maire de Chamonix.
-22 janvier: rencontre avec Philippe Cortay du DL pour article.
-29 janvier: rencontre avec le directeur de cabinet de la mairie de Cluses Nicolas Blanchet.
-18 février : distribution de tracts à Chamonix et Passy
entrevue avec le président et le directeur l'ATMB et du GEIE.
entrevue avec M.Morand, maire de Sallanches et conseiller général.

Ajouter à cela: -Courriers aux élus, au préfet, à l'atmb, au commissaire enquêteur Fréjus, aux
élus parlement européen etc...
-Suivi et participation grenelle de l'environnement.
-Relations avec les autres associations (Fne, Fnaut, Frapna, collectif stop autoroutes, associations mauriennaises, pyrénéennes, gir maralpin, alpes maritimes, sud-ouest, autres).
-10 réunions de CA.
-3 bulletins d'informations aux adhérents (N°15 mai 2008, N° 16 novembre 2008, N° 17 février 2009).
- la tenue du dossier comptable.
-La tenue du fichier adhérents.
-------------------------------------------------------------------
Le président énonce les raisons qui nous incitent à choisir entre pessimisme et positivisme: Nous entrons dans une période à la fois difficile mais empreinte d'espérances au niveau environnemental. Pour ces motifs, l'ARSMB ne lâchera rien, se montrera positive et participative dans un souci permanent d'une extrême VIGILANCE.

Catherine Simond-Aknine demande s'il y a des questions après ce rapport moral:
Une adhérente demande quel est le nombre d'adhésions actuellement enregistrée: 701 à ce jour. Le vice-Président Jean Martinetti fait part de la répartition géographique de ces adhérents:
28% dans le haut de la vallée de l'Arve ( amont de Servoz), 17% dans le bas de la vallée (aval de Servoz jusqu'à Annemasse), 5% reste de la Haute-Savoie, 7% pays étrangers, 43% autres départements français.

François Tucoulou remercie le Président pour ce rapport qui fait plaisir et s'explique sur les raisons qui l'ont poussé à prendre du recul suite à des désaccords stratégiques malgré une inflexion visible dans le dernier bulletin. Il annonce officiellement sa démission du conseil d'administration de l'ARSMB car il ne s'y sent plus très bien. Il considère qu'il fallait toucher tout le monde en faisant preuve de davantage d'impartialité politique. Il souhaite longue vie à l'ARSMB et lui conseille au vu du report lointain du Lyon-Turin ferroviaire de s'impliquer dans l'alternative de la ligne sous le Mont-Cenis.
Jean Martinetti rappelle les offres de cette solution et ses possibilités de développement.
Jean Pierre Comeliau prend acte de la démission de François Tucoulou, rend hommage à tout le travail qu'il a effectué durant toutes ces années et lui dit qu'il sera toujours le bienvenu.

Un adhérent souhaite soulever la question de la double casquette de Jean Pierre Coméliau Président de l'ARSMB et de l'aérodrome de Sallanches, et se fait porte parole d'une autre adhérente qui souhaite débattre de cette situation. L'intéressé propose de s'expliquer dans le débat qui suit, comme prévu avant l'ouverture de la séance.

Catherine Simond-Aknine soumet le rapport moral au vote de l'assemblée. Le rapport moral est adopté à l'unanimité moins une abstention.

2.Rapport financier:
La trésorière Maryline Métral lit le rapport financier, à disposition de chaque adhérent dans la salle.
Le déficit en adhésion (baisse de 22%)est en partie compensé par des dons plus élevés. Les comptes sont équilibrés avec un résultat positif de 1145,13 euros. La trésorerie nette s'élève à 32484,46 euros à ce jour.
Une adhérente demande s'il est envisagé d'embaucher une salariée. La trésorière répond qu'il n'en est pas question. Nous sommes tous des bénévoles.

Catherine Simond-Aknine soumet le rapport financier au vote de l'assemblée. Le rapport financier est approuvé à l'unanimité.

COMPTE DE RÉSULTAT 2008 DE L'A.R.S.M.B.

RECETTES

Cotisations 12 946,00
Ventes de T-shirt et d'autocollants 99,00
Produits annexes 212,80
Dons 2 396,00
Produits financiers 1 061,87

TOTAL DES RECETTES 16 715,67



DÉPENSES

Matériel de propagande (banderoles…) 293,40
Fournitures administratives et petit équipement 217,33
Locations mobilières 239,20
Maintenance 151,36
Assurances multirisques 516,59
Honoraires 1 656,46
Tracts, affiches, autocollants 1 098,28
T-shirts, combinaisons 64,96
Films et photos 154,86
Frais d'animation des manifestations 613,81
Impression des bulletins d'informations 2 088,90
Voyages et déplacements 1 361,87
Frais fixes des responsables 1 800,00
Affranchissement 1 800,72
Téléphone 931,46
Internet 430,80
Cotisations aux associations 625,00
Dotations aux amortissement 326,22
Charges sociales -1,00
Charges exceptionnelles 1 200,32

TOTAL DES DÉPENSES 15 570,54

RÉSULTAT 1 145,13

3.Renouvellement du tiers sortant du Conseil d'Administration:
Sont sortants: Jean Pierre Coméliau, Jean Martinetti, Catherine Simond-Aknine, Simon Métral et Gilles Texier.
François Tucoulou démissionnaire.
Tous les sortants se représentent.
Est nouvelle entrante Françoise Fogola.
Christine Mattel s'excusant de son absence a transmis un courrier dans lequel elle explique sa position et ses intentions. Elle a chargé Simon Métral de le lire:

« Pendant plusieurs années le combat de l'ARSMB a été ma principale préoccupation, aussi bien sur un plan professionnel que personnel. J'y ai, comme tous mes camarades du conseil d'administration, sacrifié une large part de mes loisirs et de ma vie familiale; et j'ai passé bien des nuits à compter les camions pour m'endormir!
Puis un retour aux sources dans ma vie professionnelle m'a éloignée de la vie quotidienne de l'association et j'ai eu du mal à y trouver une autre place, à prendre le recul que les 6 mois par an que je passe dans la montagne m'imposent. Cela m'a amenée à m'interroger sur ma motivation à poursuivre ce travail au sein de l'ARSMB. Après quelques mois de recul, je pense que je ne peux pas abandonner ce combat auquel j'ai consacré tant d'espoirs, tant d'énergie, tant de travail. Mais j'ai besoin de reprendre de l'élan.
Je souhaite donc prendre une année sabatique sur le plan militant jusqu'à la prochaine AG; on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve mais je pense qu'en février 2010, je serai ici, avec vous, à l'Assemblée Générale de l'ARSMB, prête à repartir pour un tour. En attendant, je voudrai exprimer toute ma confiance et mon soutien à l'équipe que je lâche... momentanément . »
Après lecture, Simon Métral salue la brillante performance de Coline Mattel, 13 ans, fille de Christine, qui vient ce jour d'obtenir une brillante 5 ème place aux championnats du monde seniors de saut à ski en République Tchèque. Applaudissements de la salle.

Catherine Simond-Aknine soumet la composition du Conseil d'administration au vote de l'Assemblée. Le Conseil d'Administration est élu à l'unanimmité.


Seconde partie: le débat.

1.Application de l'écoredevance: Jean Pierre Coméliau rappelle le principe de cette disposition, sa place au grenelle de l'environnement, les raisons qui font que l'ARSMB la réclame, les enjeux locaux et nationaux. La parole est donnée à M.Martial Saddier, Député:
M.Saddier rend d'abord hommage au combat de l'ARSMB et transmet tous ses encouragements dans une démarche qu'il qualifie d'environnementalement révolutionnaire, et pour laquelle il faudra du temps.
Il recadre le principe de l'écoredevance dans celui de l'eurovignette: taxer les poids lourds là où ils circulent librement et gratuitement, cibler les passages gratuits en conséquence. Ce serait le comble que la taxe poids lourds ne soit pas appliquée au pays du Mont-Blanc.
M.Saddier évoque les entrevues qu'il a eues avec l'ARSMB et le dépôt de son amendement à l'Assemblée Nationale, amendement accepté, voté et inscrit dans le projet de loi de finances 2009. Cet amendement fixe le cadre juridique pour que ces 18 km de l'actuelle RN 205 allant de l'aire de régulation de Passy à la plateforme du tunnel soient assujettis à lécoredevance, même après concession à l'ATMB (Société d'état Autoroute et Tunnel du Mont-Blanc).
Pour l'instant les modalités de perception et redistribution de cette taxe ne sont pas tranchées.
M.Saddier ne cache pas sa surprise à la lecture du courrier de M. Jean Louis Borloo adressé début janvier à l'ARSMB, et en parfaite contradiction avec l'amendement et les avancées ARSMB. L'amendement ne sera pas retoqué, il est officiellement force de loi et la lettre de M.Borloo est du domaine de « la boulette ».
L'ARSMB fait état de sa rencontre le 18 janvier avec les dirigeants d'ATMB et du GEIE durant laquelle ces problèmes ont été abordés: écoredevance, concession, prolongation des concessions, rôle de l'état. Elle a demandé, dans un souci de transparence participative à être informée des débats et décisions en la matière et d'y participer.
M.Saddier poursuit en prenant bonne note que la concession ATMB pour ce qui concerne le tunnel a été prolongée jusqu'en 2050. Celle de l'A40 prend fin en 2015. M.Saddier est favorable à une prolongation concession A40 jusqu'en 2050 comme pour le tunnel, considérant qu'on a tout à gagner en évitant une cession à une société privée.
Dans ce cadre, on n'échappera pas sur l'A40, en bas de vallée et jusqu'aux limites de l'A40 à une reconsidération de ce qui est gratuit et de ce qui est payant, dans un débat global et transparent sur l'ensemble du linéaire de cette voie. M. Saddier constate que rien n'est jamais gratuit et que quelle que soit la qualification d'une voie il faut bien la financer et l'entretenir. Si cela sous entend que les VL à terme devront payer sur l'ex RN 205, M. Fournier est formel: La voie d'accès de Passy au haut de vallée ne sera jamais une autoroute et ne sera jamais payante pour les VL.

M.Saddier assure que son amendement ne sera pas détruit: La question de la perception de cette taxe et les modalités de redistribution seront importantes: Soit par l'intermédiaire de l'AFITF (Agence de Financement des Infrastructures du Transport Français), instance indépendante qui reversera au plan national le produit écotaxe aux infrastructures alternatives et au routier, soit par un autre système: Peut-être par l'intermédiaire d'ATMB. M.Saddier dit être aux côtés de M.Fournier pour porter le projet Tram-Train et une opportunité pourrait se présenter dans cette hypothèse. Sur un plan global l'AFITF reste un outil indispensable mais localement on devrait disposer des recettes pour une alternative locale.

Une adhérente dit sa crainte de voir la RN 205 transformée en autoroute et précise qu'il n'y a pas d'alternative pour se rendre à Chamonix. Un autre s'inquiète d'une augmentation de la vitesse.
M.Saddier rassure. La vitesse sera limitée.
M.Saddier revient sur sa crainte d'une cession à une société privée: Le tronçon Annemasse Saint-Julien ne restera pas gratuit, le débat doit être ouvert avant la fin de concession en 2015. Sur Bonneville, la bretelle de contournement A40 échangeur sera payant dès sa mise en service.

2.La pollution dans la vallée:
M.Eric Fournier prend la parole et avant de parler pollution dit l'importance de la présente session, dix ans après la catastrophe. Il a un pincement au coeur en constatant la rareté de ses administrés dans la salle.
Il évoque le rôle complémentaire de l'Association et de la collectivité locale qu'il dirige.
Il déclare clairement que la RN 205 ne sera jamais une autoroute et restera une 2x2 voies.
Il est favorable à l'écotaxe poids lourds et sera attentif aux modalités de transfert à ATMB.

Au sujet de la qualité de l'air, en lien avec les communes des Houches de Servoz et de Vallorcine, le Plan Climat territorial a son importance.
La filtration des rejets du tunnel est un bon point, d'autant que comme l'ARSMB, il la réclame depuis des années. Les VL sont nombreux d'où l'importance du PDU (Plan de déplacements urbains), des mises en place des bus, des dispositifs de parkings attrayants en entrée d'agglomération, plus chers et pénalisants au pied des pistes.
Le financemant des travaux au tunnel des Montets est assuré ainsi que l'ensemble des études de la ligne ferroviaire. 30 millions d'euros manquent ce qui n'est pas insurmontable.

Les émissions polluantes liées à l'activité humaine et au volet résidentiel sont importantes et la tâche est grande. Tout un système est à revoir, sur l'existant (cheminées à foyer ouvert très pénalisantes) et sur les projets. Il en est de même pour les bâtiments publics, un audit est en cours.
Tout cela s'inscrit dans un projet ambitieux et à long terme. Il faut également veiller à ne pas pénaliser les résidents permanents en renchérissant des dispositifs trop onéreux qui les éloigneraient de la cité sans des aides à mettre en place.
L'ARSMB se réjouit de ces points positifs.
Jean Martinetti revient sur les rejets des fumées du tunnel et dit la satisfaction de l'ARSMB. Il se félicite de ce premier pas mais regrette sur la forme que l'ATMB n'aie pas rempli son contrat de transparence avec les associations environnementales qui n'ont pas participé aux études comme promis et se retrouvent devant le fait accompli. Sur le fond il n'est question que de la filtration d'un seul des polluants (les pm) alors que ni les oxydes d'azote (NOX) ni le CO2 ne sont pris en compte. En outre, cette filtration n'est que partielle et surtout reste inexistante côté italien. Satisfaction donc mais peut mieux faire.

Un adhérent fait la parallèle entre pollution atmosphérique et pollution de l'eau.

Michel Maniglier fait état de l'avancement de sa plainte contre l'état pour dénoncer les impacts de la pollution de l'air sur sa santé. Cette plainte devrait arriver au parquet rapidement.
Maître Leseleuse, avocate de M.Maniglier rappelle le contenu de la loi L.A.U.R.E énonçant clairement le droit à respirer un air pur. Elle évoque l'article 223 du code pénal qui lui sera adjoint dans la procédure. Elle annonce que l'on n'est pas obligé de fournir des certificats médicaux pour porter plainte.
Jean Pierre Coméliau questionne sur les modalités de dépôt de plainte par une association.

Un adhérent affirme que seul la réalisation du Lyon-Turin sera salutaire.
Annie Collombet Présidente de l'Association « Vivre en Maurienne » et représentant l'Association « Réagir » fait un parallèle entre le combat des Mauriennais et celui des gens du Mont-Blanc. Le responsable est le lobbie du tout routier largement alimenté par les décisions politiques unilatérales. 445 millions d'euros pour l'Autoroute de la Maurienne, 50 Millions pour la galerie dite de sécurité du Fréjus. Quand prendra-t-on conscience de la raréfaction des énergies fossiles, des impacts du routier sur la santé et l'environnement?

M.Eric Fournier estime que si l'on veut faire du report modal, les infrastrucures existantes seront loin d'y suffire. Le Lyon-Turin ferroviaire à vocation forte destinée au fret est la seule grande infrastructure possible et salutaire. Le réseau actuel fret et ses offres sont très pauvres.

Bertrand Erny constate qu'avec une capacité de 300 000 camions sur la ligne ferroviaire d'Aiton, c'est 75 jours de trafic cumulé sans camions au Fréjus et au Mont-Blanc. Si ces camions sont des euros 2 ou 3, la pollution sera diminuée d'autant. Il évoque ensuite le projet des armateurs méditerranéens, privilégiant le descente fret par la vallée du Rhône, y compris au fluvial, charger à Sète ou d'autres ports, puis par mer gagner les ports du sud.
Il termine en évoquant la chèreté du transport personnes TGV notamment en périodes de vacances.

M.Eric Fournier fait le constat qu'en vallée du Rhône, les possibilités en matière de fret nord-sud sont nulles. Il est impossible de charger davantage.

3.ARSMB et aviation de loisirs:
Jean Pierre Comeliau fait part d'un courrier émanant d'une adhérente absente à l'AG qui lui demande de s'expliquer sur sa double casquette, incohérente selon elle, de Président de l'ARSMB, et Président de l'aérodrome de Sallanches, donc pratiquant de l'aviation de loisirs, en tant que pilote d'un ULM (Ultra Léger Motorisé).
Il avait décidé en réunions de C.A les 10 12 2008 et 9 01 2009 qu'il fasse part de sa position en AG, et que ce même C.A fasse état de sa position sur le sujet par la lecture du communiqué établi le 28 juillet 2006 au moment où le Président avait ouvertement posé la question et demandé que le CA se prononce par vote sur l'acceptation ou le rejet de cette double responsabilité.
a) Jean Pierre Comeliau explique pourquoi il est « attaqué » par cette adhérente. Selon lui, la question de l'incompatibilité n'existe pas, sauf à faire preuve d'un égoïsme primaire, en refusant le droit également d'utiliser sa voiture à des fins de loisirs, en interdisant aux skieurs d'utiliser des remontées mécaniques à détruire, en ne prenant plus l'avion pour voyager, bref à tout interdire. Cet intégrisme écologique fait beaucoup de tort au mouvement environnementaliste en le marginalisant et donc en le discréditant. Il refuse l'idée de l'incompatibilité des deux « casquettes » et met en avant au contraire leur complémentarité. L'une au service de l'autre, la fibre environnementale au service d'une réglementation de l'activité, le souci de réduire les nuisances de tous les pratiquants par une implication auprès de la direction de l'aviation civile pour, par exemple, imposer des silencieux aux échappements des moteurs, imposer des hauteurs de vols.
Etre écolo ce n'est pas tout interdire, c'est règlementer. L'écolo intégriste ne sert pas la cause.
b)Maryline Métral lit le communiqué établi par le CA le 28 juillet 2006:

ARSMB et aéroclub.

Le Président de l'association pour le Respect du Site du Mont-Blanc, Jean-Pierre COMELIAU, est également président de l'aéroclub de Sallanches et pratiquant d'ULM. Ces deux responsabilités sont-elles incompatibles? La question se pose évidemment et c'est l'intéressé lui-même qui l'a posée au conseil d'administration de l'ARSMB.

A la majorité, mais non à l'unanimité, le conseil d'administration a déclaré ne pas être gêné par cette double appartenance.
L'aviation de loisir en montagne est un secteur qui génère des nuisances, aussi bien au niveau du bruit que de la pollution atmosphérique. Des progrès importants doivent être réalisés pour réglementer cette pratique et nous pensons que Jean-Pierre COMELIAU, du fait de sa sensibilité environnementale et de ses connaissances en la matière, est bien placé pour cela. D'ores et déjà il a été contacté par les responsables de l'aviation civile pour la rédaction d'un document ayant pour objectif de réduire ces nuisances. Ses démarches ont beaucoup plus de chances d'aboutir que celles d'associations ou d'individus extérieurs à ce milieu qui auraient peu de chances d'être entendus.
Nous estimons donc qu'il défend mieux l'environnement en gardant sa place de président de l'aéroclub, qu'en la quittant.

La loi de janvier 1991, défendue par une pétition dont l'ARSMB est signataire, parle de réglementation des loisirs motorisés et non de leur interdiction.

Dès que nous défendons l'environnement, nous nous trouvons confrontés à nos contradictions : à part de rares exceptions, nous utilisons tous notre voiture à des fins de loisirs, nous prenons pour la plupart l'avion pour nous rendre en vacances (ce qui n'est pas plus obligatoire que la pratique de l'ULM), nombreux sont ceux qui prennent les remontées mécaniques pour aller skier... Nous ne pouvons échapper à ce 21ème siècle dans lequel nous vivons, avec parfois de coupables passions. Gageons que si seuls avaient droit au chapitre ceux qui sont parfaitement exemplaires dans leurs comportements, la cause environnementale n'aurait que peu de défenseurs.

Le conseil d'administration de l'ARSMB estime donc ne pas avoir à remettre en question la confiance qu'il accorde à son président Jean-Pierre COMELIAU.

Chamonix, le 28 juillet 2006

L'assemblée est invitée à énoncer questions et remarques sur le sujet. Pas de réactions.
Roland Berthet fait part de l'entrevue ARSMB- Maire de Sallanches.
Le débat reprend sur la pollution:
Un adhérent évoque le danger qui pèse sur la qualité de l'eau, au plan général.
M.Maniglier parle de la difficulté pour le corps médical d'établir une relation de cause à effet pollution atmosphérique et pathologies.
Simon Métral fait état des travaux de l'Institut National de Veille Sanitaire, des études des épidémiologistes, des expositions à des pics par rapport à une exposition au quotidien même à des taux moyens, à l'inexistence des mesures mises en place par l'état lors des periodes de pics seuils d'alerte.
Un médecin confirme la difficulté à établir la relation de cause à effet et ne valide pas juridiquement des conclusions ne s'appuyant que sur des statistiques.
Un adhérent avance les réticences en leur temps de toutes instances face au dossier de l'amiante.

L'assemblée par un vote à main levée se prononce à une large majorité pour une action en justice de l'ARSMB qui prendra conseil auprès de Maître Leseleuse.

Débat terminé à 23h15.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

19-Jan-2009 - L'ARSMB et le tunnel de Tende

Nous avons répondu favorablement à la sollicitation des habitants de la vallée de la Roya dans les Alpes maritimes qui organisaient ce 17 janvier une réunion d'information au sujet du projet de doublement du tunnel de Tende. Des habitants inquiets de voir leur vallée étroite sacrifiée aux caprices du tout routier et leurs villages envahis par des camions et des voitures bien trop nombreuses déjà. Des habitants s'opposant à l'avis favorable de la grande majorité des élus locaux, qui bien sûr avaient décliné l'invitation, tout comme la DDE. Nous avons exposé notre expérience et un échange fructueux s'est établi, appuyé par les associations locales et un diaporama très explicite commenté par M.Molinari du GIR-Maralpin.
Une mise en sécurité de l'ouvrage actuel: oui; un doublement: non.
La vallée de la Roya va-t-elle succomber et avec elle les espaces grandioses environnants? Les riverains ne l'entendent pas de cette oreille, et leur unanime détermination, devrait éviter que ne se tourne un autre film « T.I.R toi du Mercantour ». D'autres lieux, d'autres paysages, hélas le même combat, encore.....

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici