Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc

2012

06-Déc-2012 - Sommet franco-italien du 3 décembre

LYON-TURIN le 3 décembre 2012:
LE SERMENT DU JEU DE DUPES…

Et une de plus! Une grand-messe présidentielle destinée à amuser la galerie et accessoirement relancer le projet de la ligne ferroviaire Lyon-Turin. Avec, en guise d' illumination de la ville lumière une répression policière digne du 24 juin 2002 lors de la réouverture du tunnel du Mont-Blanc. Comme quoi au nom de la rose, rien n'a changé.

Quant au fond de l'affaire, compte tenu du contexte financier, il s’agirait de revenir à la version originelle d'un T.G.V voyageurs au détriment de la version fret qui avait pour objectif prioritaire de diminuer le nombre de poids lourds dans les tunnels alpins. Or cette version marchandises écologiquement vertueuse dont on nous rabat les oreilles à longueur de médias ne serait qu’un faux nez servant à masquer une nouvelle option voyageurs dite "Paris-Milan". D'où cette insistance à communiquer sur un temps de parcours divisé par deux pour joindre ces nouvelles destinations. A 26 milliards la (sous)estimation de ce pharamineux projet, ça fait quand même chère la minute gagnée!
Et d'avancer la date de 2025 pour l'achèvement du tunnel de base de 57 km sous le Mont-Cenis commun aux deux versions, ce qui ne mange pas de pain et rend irrésistible le coup d'accélérateur donné à cette Transalpine. Pour le reste,"ça prendra un certain temps!" a dit le Président. Alors renvoi aux calendes ou enterrement de première grandeur, l'avenir nous le dira.
Mais là n’est pas le problème. Le véritable scandale se niche dans l’habile rhétorique des promoteurs de ce projet qui nous présentent un T.G.V. mixte à " haute valeur environnementale" susceptible de transporter à partir de 2029 (sic!) 1 million de poids lourds par an sur les 4 millions de camions escomptés «…chiffre réaliste et souhaitable dans sa capacité à répondre aux besoins de transport transalpins et aux contraintes qui pèsent sur cet environnement fragile ».* En d’autres termes, ce Paris-Lyon-Turin-Milan, qu'il se réalise ou non, n'aura aucune incidence sur les 3 millions de camions existants qui continueront d'asphyxier nos vallées alpines, du Leman à la Méditerranée. Et ce ne sont pas les 100.000 poids lourds à transférer chaque année sur l'autoroute ferroviaire Aiton-Orbasano depuis Lyon qui changeront la donne. Alors à combien le plafonnement du nombre de poids lourds au Fréjus et au Mont-Blanc: 1.800.000? 2.000.000?
En vérité, plus il y aura de camions sur nos autoroutes alpines plus nos tunnels seront saturés, mais plus vite les travaux de cette Transalpine seront financés. D'où la nécessaire poursuite des investissements routiers en cours ou projetés tels que: le triplement de l'A 43 entre Dullin et Chambéry, la transformation de la galerie de sécurité du Fréjus en deuxième tube, l'éventuel contournement de Chambéry, la poursuite de la mise à trois voies de la rampe d'accès au tunnel du Mont-Blanc et pourquoi pas le prochain doublement de celui-ci.
Ainsi la boucle est bouclée, le "foutage de gueule" confirmé.
Tout cela pour faire plaisir aux nouveaux batisseurs de cathédrales que sont les majors du B.T.P souterrain, assistés d'un quarteron de féodaux locaux désireux de laisser dans l'histoire la marque de leur passage au prix d'un serrage de ceinture pour plusieurs générations de citoyens.

Au pied du Mont-Blanc, huit mois et un président plus tard, nous n'acceptons toujours pas ce mode de fonctionnement des affaires publiques digne d'un autre âge.
Encore moins de nous laisser enfumer par un Plan de Protection de l'Atmosphère de la vallée de l'Arve amputé des mesures de restriction du trafic des camions T.I.R, comme par hasard.
A l'ARSMB nous voulons un débat public indépendant sur la pertinence de cette nouvelle liaison transfrontalière afin d'évaluer la situation dans sa globalité sociale, environnementale et économique, et surtout de définir les solutions à court terme adaptées à la période transitoire 2013/2020.
Changer d'air c'est aussi changer d'ère: les "politiques" de plus en plus éloignés des ressentis profonds de leurs administrés devraient se ré-interroger sur le sens qu'ils donnent à leur mission et les moyens d'y associer au mieux les populations concernées.
Construire l'avenir de notre territoire en toute transparence doit être le but commun. Telle est notre détermination.



* Comité pour la liaison transalpine Lyon-Turin: "Edito" Dix propositions pour doubler la part du rail en 15 ans.
 

05-Déc-2012 - Lyon-Turin: Notre position.

Depuis 1991 date de la création de l’association, nous nous sommes constamment battus pour le transfert modal sur les trains des marchandises et des camions en transit international dans nos vallées de montagne . A l’exemple de ce que font nos voisins suisses depuis quarante ans.
La catastrophe du 24 mars 1999 dans le tunnel du Mont-Blanc n’a fait que confirmer notre engagement en direction de cette solution du transfert modal. Nous avons donc défendu l’expérimentation d’autoroute ferroviaire en Maurienne (Aiton/Orbassano) décidée par le gouvernement de l’époque, tout en portant un regard favorable au rajout de la version fret au projet de liaison ferroviaire à grande vitesse du Lyon-Turin-voyageurs.

L’ARSMB a toujours soutenu ce projet ferroviaire de liaison transalpine à trois conditions:
1-qu’il s’agisse bien de donner la priorité à sa version fret.
2-que son objectif soit bien d’enlever les camions des vallées alpines, donc de celles du Mont-Blanc (Aoste et Chamonix).
3-qu’il se fasse dans le respect de l’environnement et l’accord des populations concernées par son tracé.

Force est de constater qu’en cette fin 2012 ces conditions ne sont pas remplies:
= La version fret est passée en deuxième position compte tenu du coût du projet. Pour preuve le report annoncé du percement des tunnels de Chartreuse et de Belledonne affectés au réseau trains fret.
= Les documents officiels démontrent qu’il ne s’agit en aucune manière d’enlever de la route le trafic existant mais seulement d’absorber l’augmentation du trafic poids lourds d’ici à 2020. Or ce trafic stagne depuis l’année 2000.
= Certaines populations concernées par les tracés s’opposent à ce projet alors que les enquêtes publiques sont loin d’être terminées.

En outre, la période de crise financière que nous ressentons n'st pas propice à se lancer de manière précipitée dans des travaux extrêmement coûteux dont il serait trop facile de faire porter les contraines sur la nouvelle génération.
De plus, un projet aussi lourd que le Lyon/Turin n'a de sens que si une véritable politique de transfert modal des marchandises est mise en oeuvre, en commençant par la mise en place sans tarder de mesures contraignantes en direction des transports routiers et en privilégiant l'amélioration des lignes ferroviaires existantes. Or les dernières mesures prises par le Gouvernement de généraliser les 44 tonnes sur tout le territoire, d'autoriser la mise en circulation de la galerie de sécurité du fréjus et de réduire à sa portion congrue une "'écotaxe" toujours reportée, ne semblent pas nous indiquer la bonne direction.

Dans ces conditions et par souci de cohérence, nous sommes très réservés sur la poursuite de ce projet Lyon/Turin en l'état actuel des données mises à notre disposition.


 

25-Nov-2012 - Le viaduc tel que vous ne l'avez jamais vu.    [Galerie photos]

On voit mieux à pied qu'en voiture, c'est bien connu. On entend mieux aussi, on sent mieux de surcroît, et de fait, on comprend mieux.
Merci à Pascal.


Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

20-Nov-2012 - On a réussi ce 17 novembre!    [Galerie photos]

200 personnes selon le Dauphiné Libéré, 500 selon nous, plus de 400 selon les forces de l'ordre. Quand on aime on ne compte pas, plus exactement on compte juste.
L'ambiance festive n'a pas pour autant altéré la détermination et la gravité de ces respects revendiqués tout au long de l'après-midi. Le beau temps s'était invité, entraînant avec lui, comme un symbole, le long début d'une période d'inversion de températures et d'une pollution qui atteignait la barre des 36 jours de dépassements en ce 17 novembre. Une mobilisation à la hauteur donc. Il est vrai que le soutien de la Communauté de Communes de la vallée de Chamonix, Eric Fournier en tête, le soutien de la commune de Passy, tant moral que logistique, ont donné à l'évènement saveur appréciable et coup de pouce indéniable. Que l'on sache, le périmètre du Plan de Protection de l'Atmosphère compte 41 communes donc 41 Maires. Et comme on compte juste, de Sallanches incluse au pays rochois il en manque 36 à l'appel. 36! Décidément! Nous n'irons pas jusqu'à dire que ceux de Sallanches, Cluses, Bonneville, Marignier... ne se sentent pas impliqués, ils en verraient 36 chandelles. Beaucoup de leurs administrés étaient là, n'est-ce pas l'essentiel après tout?
Et le cortège d'investir le viaduc des Egratz, sécurisé par les organisateurs et la gendarmerie nationale.
« Changeons d'Air » a martelé une banderole géante, « Vallée de l'Arve asphyxiée », « Non au doublement des tunnels routiers », « air sale, pluies sales, terres sales », « champs libres »,« respect des engagements politiques » pour ne citer que quelques slogans affichés par des sympathisants de tous âges. Comme si la plus vieille génération (papis et mamies que les 4810m de marche n'ont pas
freinés) marquait un leg à l'avenir de la plus jeune: des trains moins de camions, de l'air sain, de l'eau pure pas de gaz de schiste, des grands espaces moins de béton, pas de nouveaux tunnels, des actes pas des promesses.
Autre symbole: S'élevant vers les sommets lumineux, les notes d'un cor des Alpes, instrument caractéristique de l'arc alpin à qui la montagne a répondu l'espace de trois heures, avant que le trafic ne reprenne ses droits, venu de nulle part. Les manifestants regagnaient le train spécial que la SNCF avait affrété pour l'occasion à la petite gare de Servoz, dernier symbole de la journée.

L'ARSMB, Environn'Mont-Blanc, Le Mouvement Ecologique de la Haute Vallée de l'Arve, L'Association des Victimes de la Pollution de l'Air en Vallée de l'Arve, L'Association Républicaine et Citoyenne de Passy, l'Association de Vie à Passy remercient
Les Municipalités de Chamonix Mont-Blanc, des Houches, de Servoz, de Passy,
La SNCF.



Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

19-Nov-2012 - la manifestation du 17 novembre en quelques extraits !


reportage de TV Mountain


reportage de TV8 Mont-Blanc
 

13-Nov-2012 - La montée des respects le 17 novembre : reportage TV Mountain

 

08-Nov-2012 - Lire le bulletin N°25 de l'ARSMB - novembre 2012

Passez en "plein écran" en cliquant sur la rectangle dans le coin en bas à droite de la fenêtre ci-dessous. Vous pouvez également télécharger le bulletin en cliquant sur la flèche, toujours en bas en droite. Bonne lecture et partagez ce bulletin par mail ou encore grâce aux réseaux sociaux. On compte sur vous le 17 novembre.

 

02-Nov-2012 - Manif du 17: Mode d'emploi.

Voici le timing de la Marche des Respects du 17 novembre.
Tout un symbole, cette marche, de l'aire de régulation à la porte de la gare SNCF de Servoz (Commune des Houches) compte une distance de 4810m.
Nous vous demandons de respecter scrupuleusement l'heure de rassemblement 11h30.
Nous tenons à adresser notre sincère reconnaissance aux communes de Chamonix Mont-Blanc, Servoz, Les Houches et Passy pour leur soutien et leur aide logistique, notamment celle des Houches qui met à notre disposition un minibus et une tente, et la commune de Passy qui assurera grâcieusement le retour de la gare de Chedde au parking de départ.
Un grand merci également à la SNCF qui permet gratuitement la redescente de Servoz à Chedde. Un autre symbole.

" Mode d'emploi":

11h30: Rassemblement à l'aire de régulation. 1 prise de parole + consignes sécurité.
12h00: Départ sur le viaduc des Egratz.
13h00: Arrêt sur le viaduc pause musicale (cor des Alpes), possibilité casse-croûte tiré des sacs.
14h45: Arrivée à la gare de Servoz (Commune des Houches). Prises de parole, boissons chaudes, animations.
15h41: Descente en train gratuite des manifestants jusqu'à la gare de Chedde. Transferts gratuits par bus de cette gare à la sablière à proximité de l'aire de régulation.
16h41: Second train jusqu' à la gare de Chedde.

Distance de la marche: 4810m.
Distance gare de Chedde- Sablière: 1500m.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

15-Oct-2012 - Manif ce 17 novembre Mobilisez-vous!

L'Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc, avec le soutien d'Environn'Mont-Blanc, du Mouvement Ecologique de la Haute Vallée de l'Arve, de l'Association des Victimes de la Pollution de l'Air en Vallée de l'Arve, de l'Association Républicaine et Citoyenne de Passy, de l'Association de Vie à Passy,

organise une Manifestation

sous forme d'une marche des Respects, de l'air, de l'eau, des paysages, des sites, du silence et des engagements
LE SAMEDI 17 NOVEMBRE 2012
Rendez-vous à l'aire de régulation des Poids Lourds à Passy à 11h30 précises: Prises de parole. Montée à pied du viaduc des Egratz. Arrivée à la gare SNCF de Servoz. Animations. Casse-croute tirés des sacs. Redescente des participants en transports collectifs.

VENEZ NOMBREUX
Ces respects sont un droit. Notre devoir est de les reconquérir. Votre Mobilisation doit être à la hauteur des enjeux.

Le C.A de l'ARSMB.
Tel 0626865695 ou 0610518053.

Une marche des Respects ce 17 novembre 2012: Pourquoi?

Certes, l'amélioration de notre cadre de vie est l'affaire de tous, nos comportements individuels doivent changer. Beaucoup d'entre vous, avez pris les devants à votre niveau de citoyen responsable, dans vos modes de déplacements, chauffage et consommation.
Cependant, ces efforts doivent être accompagnés de décisions politiques importantes au plus haut niveau, en vue de sortir de l'ère préhistauroute et d'engager la nécessaire mutation énergétique.
Au plan national, que ce soit dans les Pyrénéees, en Maurienne, dans la vallée du Rhône, dans l'est et ailleurs, le tout-routier reste à l'ordre du jour, la part du transport de fret ferroviaire étant passé de 15% en 2007 à moins de 9% en 2011. De nouvelles infrastructures routières font disparaître toujours plus d'espaces naturels et agricoles. Les impacts sur la santé et l'environnement ne sont pas pris en compte, les engagements non tenus.
Au plan local, au pays du Mont-Blanc et en Haute-Savoie, l'augmentation continue des déplacements automobiles, l'axe international autoroutier A40 tunnel du Mont-Blanc et ses 1700 camions journaliers, des projets d'infrastructures défendus par ATMB, le conseil général et les députés, sans oublier les gaz de schiste, nuisent gravement à notre qualité de vie et menacent notre santé. Dans le même temps, ressurgit l'idée du doublement du tunnel du Mont-Blanc, celui du Fréjus est déjà demandé et à l'étude, le projet de nouvelle autoroute du Chablais réapparaît, alors que le Plan de Protection de l'Atmosphère, lui, se fait attendre.
L'hiver 2012 va-t-il nous asphyxier autant que celui de 2011? Davantage?
Soyons nombreux à cette marche des Respects ! Respect de l'Air, de l'Eau, de la santé humaine, des Espaces, des Sites, du Silence, des Engagements.
Ce territoire a des atouts économiques et environnementaux à remettre en cohérence avec l'intérêt général. Localement certains élus y travaillent. A l'Etat de prendre ses responsabilités avec le courage d'affronter les lobbies afin de prévoir intelligemment, équitablement et durablement l'avenir de tous.
Ces Respects sont un droit. Notre devoir est de les reconquérir.


Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

19-Sep-2012 - Second tunnel: Pas de fumée sans feu.

ATMB (Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc) a beau colporter son désavoeu des propos de son homologue italienne la SITMB, l'idée d'un second tube n'est pas éteinte. Les propos tenus par Giuseppe Paggio ce samedi lors de la conférence de presse nous rappellent à la dure réalité. En effet le Dauphiné Libéré de ce jour, sous la plume de Joëlle Bozon titre "Une fête en demi-teinte pour les 50 ans du percement du tunnel": La SITMB persiste et signe:
"Il relève de la sécurité de percer un second tunnel".
Serait-on côté français, à la tête d'ATMB, moins enclins à la culture sécuritaire sous l'ouvrage? Nous avons été rassurés sous le chapiteau, comme au temps des jeux et des cirques antiques, par l'entrée dans l'arène de Protéus. Un monstre capable d'attaquer l'incendie le plus terrible. Après le Janus à deux têtes, Protéus, adepte des métamorphoses en toutes circonstances, fussent-elles tragiques. Ouf!
Alors pourquoi " en demi-teinte"? Nous aurions pu nous attendre à un déferlement d'enthousiasme digne d'un anniversaire demi séculaire, à une liesse, à une débauche de rires, d'encouragements, d'espoir.
Que nenni: le coeur n'y était pas: retenue, pudeur, embarras même. L'ombre de mars 1999?
Et puis dehors, alors qu'on leur interdisait en vain l'entrée au cirque, ces fauteurs de troubles de l'ARSMB, sortis de nulle part, tenaces.
Et puis aussi le discours du Maire de Chamonix, qui marquait une équitable distance entre la logique d'une société autoroutière "qui coupa la vallée en deux" et qui devrait bien se tourner un jour vers de véritables préoccupations environnementales en ce site exceptionnel, avec moins d'avidité, moins d'impacts, moins de camions. Un discours empreint de discernement, et, dans le contexte, fort courageux.
"En demi-teinte?". La piste aux étoiles ne tint pas ses promesses, et si Janus et Proteus tirèrent leur épingle du jeu, gageons que pour la suite des festivités Bacchus ne fut pas de la partie.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

17-Sep-2012 - 50ème anniversaire du percement du tunnel.    [Galerie photos]

Ce samedi 15 septembre, était célébré le 50ème anniversaire du percement du tunnel du Mont-Blanc à l'initiative de la SITMB et de l'ATMB.
Notre Association, aux côtés d'autres associations locales, a tenu à prendre part à l'évènement, pour dire oui à 1962 et non à 2012. En quelque sorte une approbation à la vocation originelle de l'ouvrage, et un désavoeu à la cupidité qui l'en a détourné. Aussi pour déployer une banderole "Non au doublement des tunnels routiers", d'abord sur le parking du Grépon puis à la plateforme du tunnel. C'est là qu'avait été érigé un chapiteau où les officiels se succédèrent avec force discours. D'abord interdits d'accès par les gardes du corps, nous avons cependant pu entendre les interventions sans aucune manifestation de notre part. Juste quelques applaudissements fournis aux propos d'Eric Fournier Maire de Chamonix, dont la teneur se démarquait aisément de l'euphorie ambiante, pour dire en tant qu'élu, que l'avenir du tunnel qui avait provoqué la coupure en deux de la vallée, devait se tourner désormais résolument vers la préservation des sites et la prise en compte des aspirations citoyennes. Aux côtés de l'édile, son prédécesseur Michel Charlet, silencieux, n'en pensait pas moins, lui qui paya un lourd tribut aux errements des deux sociétés autoroutières en un temps peu élogieux pour elles. Puis d'annoncer le renoncement du doublement du tunnel, solennellement, suite à la réception en Mairie de Chamonix d'un courrier du Ministre des transports qui coupait court aux inquiétudes.
Nous militants, citoyens, avons fait le job, dans le respect d'une commémoration et des intervenants officiels, en confirmant que ce territoire nous appartient encore un peu, à nous, à vous, à tous. Nous ne pensions pas que cela pousserait les deux plus hauts dirigeants d'ATMB à perdre leur sang froid...Mais de cela nous reparlerons.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

23-Aoû-2012 - ATMB contre le doublement du tunnel.

Monsieur Hugues Hourdin PDG de la Société "Autoroute et Tunnel du Mont-Blanc", en nous appelant directement, a souhaité mettre fin à toute polémique galopante et rétablir sa vérité de vive voix:
"ATMB s'oppose et s'opposera longtemps encore au doublement du tunnel du Mont-Blanc. Nous nous désolidarisons des annonces faites par notre homologue italienne la SITMB, qui en prenant position sans concertation d'aucune sorte, s'est tirée une rafale dans le pied. Nous lui avons fait savoir et nous avons fait connaître notre position au Ministère". Fin de citation.
Reste à attendre le positionnement de l'Etat français et les accords qui sortiront du sommet franco-italien d'octobre.
Chat échaudé craint l'eau froide....

NB : voici un court reportage qui date de quelques jours et qui donne la parole aux acteurs de ce dossier "explosif". Nous saurons garder en mémoire ce qui se dit devant les caméras.


JTFce3_2tubesTunnel_22aout2012


Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

22-Aoû-2012 - Un 2ème tunnel au Mont-Blanc?

La Une du Dauphiné Libéré de ce jour 22 août, sous la plume de Philippe Cortay est suffisamment éloquente:" Le spectre du second tunnel".
Aussitôt, militants et médias s'emballent et la journée n'y a pas suffi pour répondre aux sollicitations et interrogations.
Le Président de la SITMB (Société Italienne du Tunnel du Mont-Blanc) fait une déclaration à Courmayeur le 14 août, se déclarant favorable au percement d'un second tube. Il n'y aurait pas loin à penser que vu la conjoncture économique italienne, et vu les emprunts consentis pour les travaux d'accès à la plateforme, ce doublement arrangerait bien le goût des épinards, et que certaines autorités haut placées n'en pensent pas moins. Ce qui ôterait toute saveur fortuite au recours contre le Plan de Protection de l'Atmosphère de la Vallée de l'Arve, déposé par la même SITMB: Mais de quoi je me mêle?
Et puis 2 tubes au Fréjus (1 de 9 métres et 1 de 8 mètres) contre 1 seul de 7 mètres au Mont-Blanc, il y aurait comme un désiquilibre, technique et surtout financier. Pendant ce temps, côté français, ATMB se garde bien de tous commentaires: Un pion avancé d'un côté c'est toujours ça de pris. Mais gardons-nous bien de tout procès d'intention, même si le tunnel est empreint d'une cohésion gestionnaire bilatérale et même si un euro est un euro des 2 côtés de ce que fut une frontière.
Deux remarques cependant: d'une part, ATMB s'est toujours cachée derrière les ordres de l'Etat, sans que l'on sache trop qui pesait sur qui, et d'autre part le Président de la SITMB n'est que Président de la SITMB. Il va bien falloir, tout en ayant conscience qu'il n'y a pas de fumée sans feu, que l'Etat français se prononce sur un choix pas du tout cornélien: céder aux sirènes des lobbies routiers ou amorcer le report modal qu'on nous promet depuis vingt ans.
Vingt ans! l'âge de l'ARSMB: Et dire que Denis Ducroz et Christian Mollier avaient créé l'ARSMB en 1991 pour contre-carrer la menace d'un second tunnel. La catastrophe de mars 1999 avait ensuite écarté ce funeste projet. Que Nenni! L'envisager de nouveau aujourd'hui c'est faire insulte à la mémoire des 39 victimes. Le réaliser ce serait serait prendre de lourdes responsabilités en reniant le Grenelle, la convention alpine, des engagements cousus de fil d'or.
Que ce soit clair: l'ARSMB après 20 ans de combat, après les forfaitures du Fréjus, la suppression de l'écotaxe, la concession de la RN 205, ses plaintes classées sans suite, ne pourra ingérer cet océan qu'on verse dans sa coupe déjà bien pleine. Si second tube il y a, il explosera.
D'autant qu'à force d'être taxés d'éternels catastrophistes en interrogeant nos interlocuteurs sur cette éventualité, nous avions fini par (presque) concevoir qu'elle serait une aberration. Eh bien non.
Trop imbibés de prudence et méfiance, voici le courrier que nous avons envoyé le 16 août au Ministre des transports, à la Ministre de l'Ecologie et au Président Hollande. Comme une prémonition en quelque sorte...Attendons la réponse, attendons la réaction de Madame Dion et des autres députés haut-savoyards. A droite comme à gauche les aberrations n'ont pas d'odeur.

Monsieur le Ministre,




Nous avons l'honneur de vous faire part des remarques suivantes:
L’ARSMB est une association de défense de l’environnement qui s’est créée en 1991 pour le désengorgement du Mont-Blanc des milliers de camions qui l’asphyxiaient, et contre le projet de doublement du tunnel du même nom. A l’époque, le Président Mitterrand s’était exprimé sur cette problématique et les populations locales avaient obtenu gain de cause.

L’incendie du 24 mars 1999 dans le tunnel du Mont-Blanc et ses 39 victimes ont eu pour suite vis à vis de la communauté des pays alpins et de l’Europe d’entreprendre et de finaliser un grand projet environnemental de préservation des Alpes  pour les générations futures: le report modal des marchandises longues distances sur le rail à l’exemple de ce qui se fait en Suisse.

En mars 2007, nous avons rencontré Monsieur Nicolas Sarkozy, candidat à l’élection présidentielle au discours clair et volontariste. Cinq ans plus tard nous constatons:
Grenelle détricoté, taxe carbone escamotée, écotaxe dépecée, Lyon-Turin enterré, tunnel routier du Fréjus doublé, fret ferroviaire anesthésié.

Pour nous, il n’est pas acceptable qu’un gouvernement fasse des promesses et montre si peu de volonté d'action. Un tel décalage entre les annonces et le bilan 5 ans plus tard décribilise le monde politique et sa capacité à trouver des solutions aux enjeux majeurs.

Notre espace alpin est un écosystème unique particulièrement fragile au delà d'une entité géographique, géologique, historique et touristique unique au monde. Il renferme tous les ingrédients susceptibles de l'agresser lui et ses habitants: Urbanisation galopante, suréquipement, non respect de certaines zones protégées, axe routier international. Les nuisances, bruit, qualité de l'air hors la Loi, ont un impacte sur les sites et la santé publique.
Nous avons donc besoin de solutions d’avenir novatrices et pionnières permettant d’harmoniser la mobilité de la population et des marchandises avec la protection de ce milieu. Or certaines nouvelles venues de la France et de l’Europe relatives au programme de transfert du fret de la route vers le rail nous inquiètent sérieusement. Elles concernent des décisions à prendre prochainement par le Gouvernement auquel vous appartenez:

- Le retard des engagements financiers de la France relatifs au creusement du tunnel de base de la Transalpine Lyon-Turin alors que les travaux des descenderies côté français sont terminés depuis 2010. *
- Ensuite, et dans le même périmètre géographique de l‘expérimentation de l’Autoroute ferroviaire alpine d‘Aiton/Orbassano (AFA), la demande d’autorisation de mise en circulation de la galerie de sécurité du tunnel routier du Fréjus présentée par la Commission intergouvernementale (CIG) de ce tunnel.**
- Enfin, l’autorisation de la circulation transfrontalière des mega-camions de plus de 60 tonnes et 25,25m de longueur autorisée par la Commission européenne laissée à l’initiative des pays membres.***

Sans pour autant stigmatiser le transport routier reconnu comme indispensable sur les courtes distances, il ne faudrait pas que les réponses amenées à ces problématiques aillent à contre sens des objectifs maintes fois affirmés par tous nos gouvernements successifs. A savoir, d’ici à 2020, le doublement de la part du ferroviaire sur notre territoire et la réduction par 4 des gaz à effet de serre.

Le Président de la République a déclaré en octobre 2011, lors de sa campagne électorale: « Concernant le Lyon-Turin, je considère que cette infrastructure correspond non seulement à l’intérêt de la région mais aussi à l’intérêt du pays, car le transport de marchandises doit s’effectuer sur la route mais aussi sur le rail. » . Or ce discours nous est tenu depuis plus de vingt ans.
Il est plus que temps de passer des paroles aux actes. Pour nous aussi « le changement c’est maintenant ».

Plus que jamais nous continuons notre mission de « lanceurs d’alerte » indépendants de tout parti politique, désireux d’un mieux vivre ensemble respectueux de l’Environnement au pays du Mont-Blanc comme partout ailleurs. Des solutions intelligentes et efficaces
existent, qui ont été laissées pour compte face aux lobbies tout puissants. Des élus locaux cependant prennent des initiatives intéressantes à leur niveau de compétence. Mais l'Etat doit honorer certains engagements afin d'améliorer la situation sur l'ensemble de l'arc alpin. Les ministres qui vous ont précédé, Messieurs De Robien, Perben et Bussereau sont restés sourds à nos sollicitations.


Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre considération distinguée.




Chamonix Mont-Blanc le 16 août 2012.

Simon Métral Président de l'ARSMB.
Jean Martinetti Vice-Président.







* accord franco-italien du 30 janvier 2012.
** lettre du Délégué général M.Laverdine de « La transalpine » à notre président le 6 juin 2012.
*** décision du commissaire européen aux transports Siim Kallas du vendredi 14 juin 2012



www.arsmb.com
valleespropres@arsmb.com
Tel 0626865695 et 0610518053.




Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

23-Jun-2012 - Plainte classée sans suite....

La plainte contre l'état pour non respect de la loi sur l'Air, déposée par plusieurs associations et 80 plaignants vient d'être classée sans suite par le procureur de la République.
Après la mise en évidence d'un PPA au rabais de par des négociations occultes entre le préfet et les professionnels du transport routier, après l'annonce d'un recours de la SITMB contre ce même PPA, après confirmation d'un second tube au tunnel routier du Fréjus, après l'incendie d'un camion hier au tunnel du Mont-Blanc ayant entraîné panique et fortes perturbations du trafic, nous avons le sentiment de repartir de très loin.
Nous jugerons en temps utile de la suite donnée à cette décision de justice mais notre détermination est sans faille dans la défense de l'intérêt général, notamment en matière de santé publique.
Etant administrateurs d'Air APS et d'Air Rhône-Alpes, nous constatons avec ces organismes, que la situation s'aggrave sur l'ensemble de la région, zone franco-valdo-genevoise comprise, grandes agglomérations itou, la vallée de l'Arve, pour les PM10, les PM2.5, le dioxyde d'azote et l'ozone. Si ces organismes font un travail remarquable quant au diagnostic, avec des mesures de polluants et des modélisations pointues et précises en tous lieux, ils n'ont pas vocation à diligenter quelque mesure de réduction que ce soit, cela restant de la compétence de l'état. Celui-ci est faillible, car hormis la pression exercée sur le citoyen moyen accusé de polluer en chauffant son habitat, il lui est tentant de céder à l'appel des sirènes des lobbies tout puissants. Quant aux députés haut-savoyards, laissons leur le temps de se remettre de leur liesse unanime pour peut-être, un jour, s'intéresser à d'urgentes préoccupations, autres que des manoeuvres politicardes rebondissantes et douteuses.
D'ores et dejà nous avons programmé pour octobre une action de contre-offensive
 

21-Jun-2012 - Scandale au tunnel routier du Fréjus.

Un petit rappel d'abord:
Dès 2007, l'ARSMB s'impliquait dans l'étude du projet de la galerie dite de sécurité, en se rendant à maintes reprises à Modane, afin de participer au suivi du dossier, aux côtés des associations locales et des habitants.
Dans un premier temps, on nous présenta un projet de galerie de 4.50m de large parallèle au tube principal, devant permettre l'accès aux véhicules de secours à un éventuel sinistre, avec de nombreux pass reliant les deux ouvrages. Pourquoi pas? D'autant qu'il nous était signifié que le dispositif mis en place au tunnel du Mont-Blanc après la catstrophe ne pouvait être reproduit sous le Fréjus.
Après maintes réunions et maintes discussions avec les maîtres d'oeuvre, la direction de la SFTRF (Société Française du Tunnel Routier du Fréjus), des députés et autres élus locaux, le projet, sans crier gare, se transforma en une galerie de 8m de large.
INACCEPTABLE pour nous et les Associations "Réagir" et "Vivre en Maurienne".
INACCEPTABLE car il était évident que cette galerie deviendrait à terme un second tube de circulation. On nous jura par tous les saints que jamais ô grand jamais ce ne serait le cas. Le Ministre des Transports du moment, M. Perben nous écrivit même une lettre sous forme d'attestation pour nous rassurer et nous assurer que nous criions au loup sans aucune raison.
L'enquête publique reçut près de 900 avis défavorables contre 3 (trois) favorables. Rien n'y fit, on n'en tint aucun compte.
L'ARSMB aux côtés des associations mauriennaises, déposa alors un recours au tribunal administratif de Grenoble. DEBOUTES, DEBOUTES par deux fois, au prétexte que rien n'indiquait en l'état, que cette galerie de sécurité serait ouverte un jour, même exceptionnellement à la circulation.

AUJOURD'HUI, la direction de la SFTRF, le député local, les autorités compétentes, les médias, annoncent sans vergogne aucune, alors que l'ouvrage est en cours de percement, qu'il serait bon de revoir certains dispositifs du projet initial, afin de rendre possible la circulation des voitures et des camions. Inutile d'en dire davantage, cette galerie sera bel et bien un second tube de circulation, ce que nous dénonçons depuis 5 ans.
Alors de qui se moque-t-on? Où est Perben à ce jour? Si les Mauriennais ont quelque peu baissé les bras c'est peut-être qu'on leur a fait avaler de couleuvres plus grosses qu'eux. Au Mont-Blanc nous sommes toujours là, plus que jamais en alerte, pour dénoncer l'inacceptable chez nous, solidaires de ceux subissant des forfaitures en d'autres lieux.
DEMAIN? Soyons réalistes: Au tunnel du Fréjus, on va se retrouver avec deux tubes monodirectionnels, l'un de 9m de large, l'autre de 8m. De quoi renforcer nos craintes de voir doubler le tunnel du Mont-Blanc, monotube bidirectionnel de 7m de large avec une galerie de sécurité de 1.40m. Et c'est lorsque nous serons accusés de crier au loup qu'il faudra être prêts. D'ailleurs on nous accuse déjà de crier au loup et nous sommes prêts....

Et qu'on ne vienne pas nous reprocher une affabulation galopante: Voici ce que dit aujourd'hui la CIPRA, qu'on ne peut taxer de voyeurisme malsain, seulement de réalisme.
Alors dès cet automne, MOBILISONS NOUS, AVANT QUE CA N'EXPLOSE.

Trafic de marchandises : la construction de nouveaux tunnels routiers est une fausse solution
20/06/2012

Chaos programmé sur les routes des Alpes cet été : les principaux axes de transit ferroviaire vont être fermés. Les associations de transporteurs routiers exigent à grands cris la construction de nouveaux tunnels. Pour les régions alpines, ce n'est pas la bonne réponse aux enjeux du trafic transalpin.

Entrée du tunnel du Gothard : les transporteurs exigent des tubes séparés pour chaque direction. Une mesure qui n'améliore pas la sécurité, selon le Bureau suisse pour la prévention des accidents.
© Grzegorz-Swiech/ wikimedia.org
Gotthard_c_Grzegorz-Swiech_wikimedia.jpg

A la fin de l'été, le trafic ferroviaire à travers les Alpes sera fortement perturbé, voire même bloqué. Les principales liaisons pour le transport des marchandises seront en effet fermées : le tronçon Lötschberg-Simplon sera en travaux. À Domodossola, la ligne de chemin de fer sera fermée de la mi-août à septembre. Le Brenner va lui être également rénové : le tronçon sera complètement fermé pendant 50 jours, et l'autoroute ferroviaire sera interrompue. Enfin, aucun train de marchandises ne passera sans doute pendant des mois par le Gothard, principale route de transit à travers les Alpes suisses, suite à un nouveau glissement de terrain. La dernière fois qu'un glissement de terrain a eu lieu dans la région, l'autoroute avait aussi été touchée.

Gothard et Fréjus : les transporteurs réclament un deuxième tube

Le canton du Tessin et l'Association suisse des transports routiers ASTAG profitent de l'occasion pour exiger une fois de plus la construction immédiate d'un deuxième tube pour le tunnel routier du Gothard. Par hasard, au même moment, le comité international chargé de la surveillance de la sécurité des tunnels routier franco-italiens annonce l'éventualité d'une ouverture de la galerie de sécurité du Fréjus aux voitures et aux poids lourds : des études sont actuellement en cours en vue de la mise en circulation de la galerie. Après cinq ans de travaux, le tunnel du Fréjus serait ainsi plus concurrentiel par rapport au tunnel du Mont-Blanc-Tunnel. Les associations de défense de l'environnement sonnent l'alarme : 600 000 camions supplémentaires pourraient ainsi traverser la Savoie chaque année.

Or, l'argument selon lequel l'ouverture d'un deuxième tube améliorerait la sécurité des automobilistes est réfuté, au moins pour le Gothard, par une étude que vient de publier le Bureau suisse pour la prévention des accidents : " Un surplus de trafic équivalent à 500 véhicules par jour (soit 3%) en relation directe avec l'exploitation à voie double du tunnel annule le gain de sécurité obtenu grâce au second tube. "

Régions alpines : favoriser le report modal de la route vers le rail

Les régions alpines concernées par les transports transalpins voient les choses d'un tout autre œil que les transporteurs. Elles ont affirmé leur volonté de pratiquer une politique de report modal volontariste et ambitieuse. La résolution adoptée le 31 mai à Lyon souligne la nécessité de rendre le transport ferroviaire plus attractif et performant. Les Régions exigent notamment la création d'une bourse de transit alpin ou d'un dispositif équivalent d'échange de droits d'émission. Ces mesures pourraient permettre de réduire de moitié les passages de camions sur le Brenner d'ici à 2030. Aujourd'hui, deux millions de camions transitent chaque année par l'autoroute du Brenner.

Sources et informations complémentaires : www.tt.com/%C3%9Cberblick/Politik (de), www.nzz.ch/aktuell/panorama (de), www.regione.piemonte.it/notizie (it), www3.lastampa.it/torino/sezioni/cronaca (it), www.imonitraf.org/DesktopModules, www.bfu.ch/French/medien/Prisesdeposition/PP

La contribution de l'ARSMB à l'enquête publique fin 2007:

Association Pour le Respect du Site du Mont-Blanc.
Maison de la Montagne.
74400 Chamonix Mont-Blanc.

À

Monsieur le Commissaire enquêteur
Galerie de Sécurité du tunnel du Fréjus
Mairie
73500 Modane


Monsieur le Commissaire enquêteur,

Nous avons l'honneur de vous faire part des remarques suivantes,dans le cadre de l'enquête publique relative au projet de percement d 'une galerie de sécurité de 8,20m au tunnel du Fréjus:

1.L'Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc* admet la nécessité de sécuriser le tunnel du Fréjus à un niveau au moins égal aux dispositifs mis en place au tunnel du Mont-Blanc après la catastrophe de Mars 1999,celle du Gothard en 2001,et celle du même Fréjus en 2005,étant entendu que le risque demeure important dès lors que des poids lourds accèdent à un tel milieu confiné.

2.L'ARSMB s'était déclarée favorable à la réalisation d'une galerie de sécurité parallèle au tube existant d'une largeur en circulation de 4,50m.Ce projet présentait toutes les garanties sécuritaires en cas de sinistre:accès des secours,personnels et véhicules incendie,évacuation des personnes.La construction des 34 abris interdistants de 370m,de by-pass tous les 2200m,de 8 stations techniques permet à elle seule à justifier la suffisance des 4,m50.

3.L'ARSMB dénonce la construction d'un second tube,déguisée en galerie de sécurité dont la largeur sera supérieure à celle du tube existant au Mont-Blanc où la dite galerie de sécurité mesure 1,40m.Elle réfute le seul argument mis en avant par les initiateurs de ce projet à savoir le croisement de 2 véhicules de secours.En conséquence,elle s'oppose dores et déjà à la mise en circulation de cette galerie,ne serait-ce que suite à un accident ou incident survenu dans le tube principal.

4.L'ARSMB est solidaire des préoccupations de la population locale,relatives aux effets prévisibles sur l'Environnement,tant sur les impacts permanents du projet que sur les impacts en phase de travaux:le bruit,les poussières,l'eau,les 620000m3 de déblais.

5.L'ARSMB dénonce le manque de transparence relatif au financement de cette réalisation (500 millions d'euros) et s'oppose à ce que ce financement soit assuré en partie par l'écoredevance qui serait détournée de sa vocation originelle,et non conforme aux mesures arrêtées au Grenelle de l'Environnement ni aux engagements du Président de la République,et ses promesses énoncées lors de notre entretien avec lui à Chamonix en Mars 2007.

6.Au moment où la demande est forte de voir se mettre en place une politique des transports soutenable pour la santé publique et l'environnement,au moment où les états mettent en oeuvre des dispositifs lourds pour anticiper la pénurie toute proche des ressources énergétiques,ce projet est à contre sens des réalités et des exigences.

*L'Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc mène un combat depuis 1991 pour une autre politique des Transports,plus respectueuse de l'Environnement,qui prenne en compte des solutions alternatives au tout routier.Elle est solidaire d'autres associations nationales qui ont le même objectif,notamment en Maurienne.Elle a d'ailleurs participé à diverses réunions à Modane,dont la réunion publique officielle dans le cadre de la procédure d'utilité publique le 24 octobre dernier,à l'initiative de la SFTRF,à qui elle a ouvertement fait part de sa position et de son opposition au projet arrêté.

En conséquence nous vous demandons d' émettre un avis défavorable à ce projet de galerie de secours porté à 8,20m de largeur.

Veuillez agréer,Monsieur le Commissaire enquêteur,l'expression de nos sentiments respectueux.


Chamonix le 06/12/2007.


Les arguments de l'ARSMB en 2008:
Note relative au recours contre l'arrêté préfectoral du 26 juin 2008

Il est nécessaire, au préalable, de rappeler :
a)que la fonction essentielle d'une galerie de sécurité est d'assurer l'évacuation des personnes bloquées à l'intérieur du tube de circulation en cas de catastrophe ;
b)que selon les expériences des incendies aux tunnels du Mont-Blanc (1999), du Gothard (2001) et du Fréjus (2005) éteindre un incendie après 6 à 8 minutes est impossible en milieu confiné.
C'est pour cette raison que le dispositif actuel au tunnel du Mont-Blanc repose presque exclusivement sur la mise en sécurité immédiate des personnes présentes dans le tunnel lors d'un incendie voire d'un départ de feu. L'extinction et la maîtrise du feu sont devenues secondaires, au même titre que l'extraction des fumées. Par voie de conséquence, l'arrivée sur les lieux sinistrés des moyens en hommes et en matériels, n'a pas vocation à sauver des vies humaines.
On a donc privilégié le nombre des abris, leur étanchéité et leur ventilation (ce qui vaut également pour la galerie de sécurité de 1,30m), la signalisation, l'information, la surveillance vidéo et électronique, la détection immédiate de toute fumée suspecte sur l'ensemble de l'ouvrage et la succession chronologique des procédures qui s'en suivent.
La nécessité du croisement de véhicules incendie dans une galerie de sécurité parallèle au tube ne tient pas.
En conséquence si une galerie de sécurité, autonome du tube principal, peut se justifier au Fréjus, le projet proposé à l'enquête d'utilité publique (8 m de large) dépasse amplement sa fonction : SAUVER DES VIES HUMAINES. ....L’argument présenté d’une double voie pour l’accès des gros véhicules de lutte contre l’incendie est irrecevable.
Tout autre argument est de nature à détourner cette galerie de sa vocation originelle, à savoir une utilisation de circulation, sauf à donner une explication à l'abandon subit et secret du projet initial de 4,50m.

Lors de l’incendie dans le tunnel du Mont Blanc en 1999, les causes du nombre de victimes furent :
l’impossibilité d’arrêter les véhicules à temps
le non respect des inter-distances
les abris en nombre insuffisant
l'absence de détecteur de surchauffe des poids lourds
il y a d'autres causes toutes ayant été considéréés pour asseoir le dispositif actuel.
Lors de l’incendie du Fréjus en 2005, le portail thermographique était inactif et les abris étaient trop éloignés (voir ci-dessus) ; la faible circulation au moment de la catastrophe explique le fait qu’il n’a entraîné que 2 victimes .

Question 1 : Condition minima de l’enquête publique en référence à un projet international :

En page 18 du dossier d’enquête, il est expressément énoncé que celui-ci n’est pas soumis à la LOTI (Loi d’Organisation sur les Transports Intérieur) puisqu’il s’agit d’un tunnel international.

-Aux termes d’un courrier adressé le 26 novembre 2007 par la SFTRF au Commissaire-Enquêteur son Directeur Général Adjoint précise que dans le cadre du respect de la Convention d’ESPOO du 25 février 1991 une annonce légale a été faite côté Italie et que le dossier d’enquête publique était consultable à Turin. En outre 2 annonces sont parues dans 2 journaux savoyards, 1 annonce dans 2 journaux nationaux et le dossier d’enquête a été déposé à Modane.
Or cette Convention d’Espoo prévoit 9 méthodes d’informations (notamment au moyen d’un site internet) et une seule a été partiellement respectée (annonces légales dans les journaux).

- Une réunion publique a été organisée le 24 octobre 2007 par Mr le Maire de Modane et la SFTRF : les associations concernées en Maurienne n’ont été prévenues que la veille et ce par une initiative privée ; les citoyens en ont été informés le jour même par une annonce parue dans le Dauphiné Libéré (ce qui explique le peu d’affluence – à peine 30 personnes).Certaines associations ont été prévenues la veille au soir par l'office du tourisme.

le dossier d’enquête n’a été déposé qu’à Modane et Turin.

la FRAPNA qui en avait demandé copie n’en a reçu que les pages impaires.

la partie du dossier concernant les schémas était incomplète ; la coupe montrant le croisement des 2 gros camions de secours incendie n’y figure pas alors que c’est la seule motivation officielle qui justifie cette largeur de 8 mètres.

L'ensemble de ces carences pourrait justifier l'invalidation de la procédure.

Question 2 : Bilan coût/avantage qui prouve l’erreur manifeste d’appréciation :

a) Pour la sécurité il est indispensable de construire rapidement 34 abris pour l’évacuation rapide des usagers en cas de catastrophe « voir directive 2004/54/CE du Parlement Européen et directive du 29.04.2004 du Conseil Européen concernant la sécurité dans les tunnels trans-européens, qui transpose au niveau européen la circulaire 2000-63 du 25.08.2000 relative à la sécurité dans les tunnels du réseau routier national – article 2.2.2. b) § Galerie de sécurité parallèle au tunnel »
Or le fait de passer d’une largeur de 5,50 m à 8m allonge les délais de construction d’au minimum 19 mois.

b) Tous les objectifs de sécurité prévus par les règlements nationaux et européens sont remplis au moyen d’une galerie de 4,80 ou 5,50 m (secours des usagers : croisement d’ambulance dont 1 à l’arrêt ).

c) TOUTES les causes des incendies en tunnel routier entre 1949 et 2000 (21 cas) ont pour origine un poids lourds ; il est donc essentiel de supprimer la cause en renforçant la sécurité.
Cette sécurité relève, en premier lieu, de la prévention dont les annexes A15, 16, 17 et 19 du rapport du Commissaire Enquêteur rappellent les points principaux:
passage sous un portail thermographique en parfait état de fonctionnement,
respect de l’interdistance et de la limitation de vitesse par TOUS les véhicules et vérification de ces deux points au moyen du dispositif de Mr Yves DURAND-RAUCHER,
Révision de la classification des marchandises « MADA » (marchandises dangereuses),
Contrôle accru du temps de travail des chauffeurs routiers,
Amélioration des points faibles soulignés dans le classement EUROTAP de 51 tunnels routiers européens dont celui du Fréjus.

Question 3 : le Financement

Le mode de financement n’est pas inclus dans le dossier d’enquête, pourquoi ? Tout simplement parce qu’il se fera par les usagers mais aussi par l’ECOTAXE et l’EUROVIGNETTE qui sont normalement destinées au financement des transports ferroviaires et alternatifs.
Nous savons que le transport routier ne supporte déjà pas tous ses coûts induits (infrastructures, santé des citoyens du fait de l’augmentation de la pollution, dégâts à l’environnement) , mais dans ce cas précis, le surdimensionnement de cette galerie grèvera d’autant le budget des transports alternatifs moins polluants.
Ce qui va à l'encontre des engagements pris par Le Président de la République, et du processus avancé du Grenelle de l'environnement.

Nous tenons à disposition:
1. Les compte-rendus des réunions à Modane.
2. Les décisions du tribunal administratif.
3. Le courrier Perben.



 

22-Mar-2012 - Lettre au député sortant.

Monsieur le député,
A la veille de votre départ de notre circonscription, vous avez bien voulu faire part de
votre « animosité » vis-à-vis de l’ARSMB par articles de presse interposés. *
Nous estimons donc nécessaire de porter à votre connaissance les éléments qui, de notre
point de vue, seraient susceptibles d’éveiller votre compréhension:
1)- D’abord sur votre vraie fausse présence à notre assemblée générale du 2 mars à
Chamonix:
Nous aurions fait état de « culot » et « d’impolitesse » pour ne pas vous avoir invité à
notre AG. Objection : chez nous pas de protocole, ni de chaises réservées au premier
rang, ni photo de famille. Cette AG a été annoncée par les médias, elle devait se
poursuivre par un débat ouvert au public, et si effectivement beaucoup de candidats aux
élections législatives étaient présents, seuls les maires locaux ont été invités
officiellement. Quant à votre présence éphémère, puisque arrivé en retard et parti avant la
fin de la séance, vous ne pouvez pas nous reprocher votre place sur un strapontin dans le
couloir compte tenu de la grande affluence du public et de l'heure de votre arrivée.
2)-Ensuite sur le fond du débat, le Plan de Protection de l’Atmosphère de la vallée de
l'Arve, ce fameux PPA qui serait selon vous « le plus avancé de France » et au sujet
duquel l’ARSMB serait incompétente pour en parler, « mélangerait tout », tout en faisant
preuve « de manque d‘objectivité ».
Nous notons ne vous avoir jamais vu si préoccupé de ce PPA que depuis qu'il est entré
dans sa phase de présentation au public et aux médias. Votre absence à toutes les
réunions d'élaboration montre, si besoin était, votre empressement. Sans les Associations
sur lesquelles vous tirez à boulets rouges aujourd'hui, ce PPA n'aurait jamais vu le jour.
Vos récentes déclarations confirment l'absence en vous d'une volonté et d'un courage
politiques, réfutant la prise en compte d'un vrai problème de santé publique, au profit de
la seule préoccupation de votre mandat par cette intervention en réunion plénière:
"Réduire la vitesse de 20 km/h c'est stupide et inefficace, en plus on va se mettre tout le
monde à dos". Ou encore: "...ça ne sert à rien de fantasmer sur une cause unique de
pollution, en l'occurence les poids lourds..."
Passons.
Ce PPA serait donc à vos dires le meilleur de France, le plus avancé. Désolés de vous
contredire mais il en existe bien d'autres en France et pour certains beaucoup plus
anciens. Quant à cette notion d'excellence ne soyons pas présomptueux puisque un tel
plan ne peut s‘évaluer qu‘aux résultats de son application. Et pour nous qui avons
participé à son élaboration, émis de nombreuses réserves sur l’efficacité des dispositions
retenues, pas question de vendre la peau de l’ours avant d’avoir vu la couleur des décrets
officiels et surtout leurs modalités d’applications.
Autre reproche, celui de vous accuser de « faire jouer la montre ». Eh bien nous
confirmons. Le calendrier mis au point lors des réunion préparatoires précisait la mise en
application du PPA au 1er janvier 2012 et lors de la réunion plénière du 19 décembre
2011 il n’a jamais été question de reporter la moitié des arrêtés préfectoraux à l’automne
de l’année suivante. Comme quoi il y aurait deux types de discours: l’un en présence des
organismes constitués, l’autre face aux associations. Nous sommes loin
de la transparence que vous affichez.
Quant à notre "manque d'objectivité" teinté d'incompétence sur le fond, à savoir les
tenants et aboutissants de la pollution atmosphérique au pays du Mont-Blanc, permettez
nous au moins d’en savoir autant que vous sur le sujet, sinon plus. C’est quand vous
voulez.
3)- Venons-en au contexte des élections qui durciraient le débat alors qu’il s’agirait de se
« fédérer » pour « faire avancer ce dossier du PPA ».
Pour sûr que le contexte n’est pas facile et ce n’est pas vous le professionnel de la
politique qui s'en plaindrait. Seulement ce n’est pas en traitant certaines associations de
« super démagos », tout en leur reprochant « de se faire plaisir à tout critiquer » que l’on
arrivera à résoudre les conflits. De la même manière nous n’acceptons pas d’être
traités« d’ultra gauchistes dangereux et sectaires » et de « bolcheviques » par le ministre
des transports Mariani et le redevenu député local Accoyer. Quant à prendre notre bâton
de pèlerin pour convaincre les représentants des transporteurs routiers de faire un bout de
route ensemble ce sera possible à la condition qu’ils cessent de nous considérer comme
« des écologistes locaux enclins à la démagogie et au mensonge dans leur croisade
fanatique contre les poids lourds. ».
Donc halte au feu s’il vous plait.
Certes, monsieur de député sortant, nous comprenons votre ressentiment face à
l'amputation de votre territoire et des groupements de citoyens qui ne s’en laissent pas
compter. Certes la fonction de représentant du peuple n’est pas de tout repos, mais vous
l’avez choisie avec de nombreuses autres, qui plus est de manière partisane. Or
maintenant que votre mandat arrive à son terme il vous faut rendre compte d'un bilan au
même titre que l‘équipe présidentielle du moment. Quel est-il?
Voilà cinq ans, le candidat N.Sarkozy nous recevait à Chamonix et nous encourageait à
poursuivre notre engagement dans la défense de l’environnement du Mont-Blanc. Or
depuis son élection la situation locale n’a pas évolué sinon régressé, abstraction faite
d'initiatives fort louables de certains Maires. En ce qui concerne la problématique
spécifique du transfert modal des camions TIR sur l’autoroute ferroviaire d’Aiton en
Maurienne, c’est la débandade: 20.000 camions sur les trains alors que l’on nous en
promettait 300.000 pour 2010 et que le tunnel historique du Mont-Cenis est au grand
gabarit depuis un an. L’écotaxe sur les camions dans le département est repoussée à 2013
avec dispense sur la RN 205 suite à sa concession à l’ATMB et contrairement à vos
engagements. Cerises sur le gâteau: record battu en 2011 au tunnel du Mont-Blanc depuis
son ouverture en 1965 pour les voitures et record battu pour les camions TIR depuis sa
réouverture en 2002. Et que dire de la pantalonnade du Lyon/Turin/ fret ferroviaire qui
dure depuis trente ans? Que penser de cette galerie de sécurité du tunnel du Fréjus élargie
à 8m de section dont la justification avancée nécessiterait la fermeture immédiate du
tunnel du Mont-Blanc pour non respect de la directive européenne sur la sécurité?
Que dire aussi du bilan pitoyable en matière de développement des offres de transport
collectif par le train, le tout avec la participation active du conseil général 74. Vous dites
faussement: "Il faut que l'on ait des voies ferrées reliées par des bus. Mais ce sont des
infrastructures qui mettent du temps à sortir de terre". Combien de temps encore? Sinon
le temps que vous sortiez du jeu. Personne n'est dupe, tout le monde aura vu votre
motivation dans le dossier du CEVA.
Le constat de l’ARSMB, forte de ses expériences de 1995, 2002 et 2007, droite et gauche
confondues est sans appel: Au suivant…
Reste votre expression teintée d’amertume: « C’est sûr que c’est plus facile de taper sur
le mec en place ».
Soyons clairs: plus que votre personne c’est le système que vous représentez que nous
remettons en cause. L’ARSMB se veut apolitique ce qui ne veut pas dire ne pas se mêler
de politique au sens sociétal du terme. Nous respectons la légitimité constitutionnelle de
nos interlocuteurs. Il se trouve par ailleurs que nous sommes partisans d’une démocratie
participative qui différencie la gouvernance du dirigisme. Comme disait J.J.Rousseau:
« Tout peuple confie par le suffrage non pas un pouvoir auquel il renoncerait mais le
devoir d’assurer que la nation va bien dans le sens que les citoyens ont décidé. » Or la
défense de l’environnement, les accords de Kyoto et de Copenhague sont des traités
ratifiés par la nation qui doivent être respectés. Idem pour les directives européennes.
S'agissant de votre famille politique et du candidat-président-sortant, nous constatons que
les promesses n'ont pas été tenues. C'est pourquoi nous en tirerons les conséquences le
moment venu.
Pour le reste, l'ARSMB plus que jamais incarnera sa mission de lanceur d'alerte,
d'informateur et de partenaire, dans le cadre des objectifs fixés par ses adhérents,
contribuant ainsi à l'émergence d'un puissant mouvement citoyen du "mieux vivre"
respectueux de l'Environnement au pays du Mont-Blanc sans aucune implication
politicienne partisane.
Veuillez agréer, monsieur le député, l’expression de nos salutations militantes.

Post scritum:
Question de dignité: « Les peuples se sont donné des chefs pour défendre leur liberté et
non pour les asservir. Si nous avons un prince, c’est afin qu’il nous préserve d’avoir un
maître. ». Que penser alors du comportement de la ministre de l’environnement qui, lors
d’un entretien sur la pollution au pays du Mont-Blanc, faisait joujou avec son téléphone
portable, n’ayant que faire de notre argumentaire ?**)
.
* article du Messager = La pollution otage des élections-Notre PPA est le plus avancé de
France + Dauphiné Libéré du 18/3/12
** voir photo jointe.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

13-Mar-2012 - Compte-rendu de l'AG 2012.

Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc.

Compte-rendu de l'Assemblée Générale du 02 mars 2012.
Le Majestic Chamonix-Mont-Blanc.

Réunion commencée à 20h55.

Sont présents à la tribune: Jean Pierre Comeliau Président, Jean Martinetti Vice-Président, Maryline Métral Trésorière, Simon Métral Chargé de communication.
Tous les autres membres du conseil d'administration sont dans la salle: Yvonne Villaume, Roland Berthet, Philippe Pittet, Bertrand Erny, Michel Maniglier, Françoise Fogola et Nicolas Ponson préposé à l'audio-visuel.
Le comptable de l'ARSMB
Député: Martial Saddier Député de la circonscription, présence partielle.
Maires : Eric Fournier Chamonix, Patrick Dole Les Houches, Laure Schmutz Servoz, Georges Morand Sallanches, Gilles Petitjean Passy.
Autres élus ou candidats aux législatives: Jean Louis Verdier, Marie-France Marcos, Olivier Marouzet, Philippe Deparis, Michel Duby, Jean Luc Arcade, Martine Léger, Eric Lasserre, Dominique Simoncini...
Des représentants d'autres associations, des représentants de partis politiques,
Les adhérents et sympathisants au nombre de 150
Les pouvoirs reçus en temps et en heure au nombre de 104.
Excusés: Claude Comet Conseillère régionale, L'office de tourisme de Chamonix-Mont-Blanc.

Première Partie:

.L'Assemblée Générale Statutaire:
Jean Pierre Comeliau énonce l'ensemble des actions, démarches, réunions, entretiens de l'ARSMB tout au long de l'année 2011 ( élaboration du plan de protection de l'atmosphère, conseils d'administration d'Air APS et d'Air Rhône-Alpes, rencontres avec les élus et les autres associations, conférences, actions de terrains).
a) Le rapport moral du Président:

1.      La situation en 2012 par rapport à nos espoirs de 2007 
En 2007, l’écologie  était au cœur de la campagne présidentielle:
Le Pacte écologique était signé, le Grenelle de l’Environnement était annoncé, et le volontarisme apparent du chef de l’Etat nous promettait un réel  changement.
 
En 2012, le contexte est tout différent : face à la crise économique, l’écologie passe au second plan.
-          Au niveau national : Le Pacte écologique est oublié, le Grenelle est détricoté, la taxe carbone est rejetée,  le projet  Lyon-Turin  est enterré, et le fret ferroviaire qui devait augmenter  est quasi  inexistant.
De plus, la politique du  ‘tout routier’ continue   :
-multiplication des autoroutes,
-doublement du tunnel routier du Fréjus,  -escamotage de l’Ecotaxe, et acceptation des camions de 44 Tonnes !  
 
-          Au niveau local, le tunnel du MB bat tous ses records de trafic depuis 2002 :
 1.865.000 véhicules on traversé le tunnel en 2011, (dont 1.240.000 VL. et 625.000 PL ; soit : 1700 camions/jour avec des pointes à 2.500 !).
Enfin, l’offre ferroviaire locale  continue de baisser,  la SNCF remplaçant  de plus  en plus de trains  voyageurs par des cars sur la route !...Encore la route !
 
 Résultat :   La vallée de l’Arve souffre  d’une pollution infernale !
Trois  polluants principaux:        
-          Les poussières fines(PM10) très dangereuses pour la santé : 70 jours  de dépassement des seuils d’alerte, contre 35 autorisés ! La  France est donc ‘ hors la loi’ et paye de lourdes amendes à l’Europe.
-          Le Dioxyde d’azote : sa valeur limite est fréquemment dépassée, et - ce qui est plus grave – sa  valeur moyenne est élevée en permanence. 
-      Les HAP, en particulier le  Benzo a Pyrène :polluant (principalement industriel ) hautement
       cancérigène  et dont le taux en 2011, est encore  3 x supérieur à la valeur cible !
 
Conséquences : Décès, cancer, difficultés respiratoires, allergies : le constat   médical est sans appel.
Et  que fait le Préfet ?... RIEN.  Il  se limite à dire : « Fermez les fenêtres  et éviter le sport ! »…
Voilà où on en est !!
 
 L’ARSMB, les autres associations de la vallée  et un  groupement de médecins  ont donc:
-            déposé plainte contre l’Etat, 
-            et réclamé  au Préfet  la mise en place d’un  Plan de protection de l’atmosphère.(PPA)
 
 2.      Le Plan de Protection de l’atmosphère
 
Durant toute l’année 2011, les  associations ont  contribué à l’élaboration de ce PPA. Celui-ci contient des mesures temporaires   en cas de pic de pollution, et des mesures pérennes pour diminuer les émissions de polluants, tant dans les transports, l’industrie ou le chauffage.
Mais, à l’issue de ce travail, les mesures retenues par  le Préfet  représentent, certes, quelques avancées   positives, mais  s’avèrent  nettement  insuffisantes .
 
1ere remarque : Le PPA  est principalement  axé  sur les PM10. Pourquoi ? La réponse est simple :
-          Pour les PM10, le chauffage représente   50% des émissions (en hiver). C’est donc le citoyen qui est coupable  de se chauffer ! C’est  lui le fautif !
-          Pour le Dioxyde, c’est  le Transport routier qui  en est  le principal responsable (80% des  émissions)...Mais là,   pas question d’imposer des mesures qui nuiraient aux transporteurs !
-          Quant aux  HAP(dont le benzo a Pirène),  l’industrie locale en émet 80% : leur émissions  et leur contrôle est confié à une CLIS(commission locale d’information et de surveillance), aujourd’hui  inefficace puisque leur émissions  en 2011 sont aussi élevées qu’en 2008 !
 
Constat : Il est  plus facile de culpabiliser le citoyen qui se chauffe, que de s’en prendre aux
 lobbies routiers,  et plus facile d’accuser la population que d’incriminer la politique de l’Etat, ou
 de se mettre à dos les transporteurs et les industriels… 
 Certes, des efforts  sont à faire en matière de chauffage…mais le citoyen qui se chauffe est   devenu le bouc émissaire idéal !
 
 
2eme remarque : Devant l’aggravation de la pollution durant l’automne 2011, nous avons réclamé au Préfet, des mesures d’urgence en cas de pic de pollution. Certains élus l’ont fait également. On s’en félicite !
La principale mesure était de transférer  obligatoirement les camions, non pas au Fréjus,  mais sur la ligne ferroviaire existante du Mt Cenis  .
Cette mesure a été refusée sous prétexte « qu’on ne peut mettre les camions sur les rails, du jour au lendemain !!! » nous a déclaré un responsable des services de l’Etat !
Or, voilà 
-     20 ans qu’on  réclame les marchandises sur les trains ;
-          20 ans qu’on réclame  des infrastructures  ferroviaires  pour le fret ;
-          15 ans qu’on nous promet le Lyon/Turin fret, aujourd’hui  enterré ;
-          10 ans qu’on nous promet que la ligne du mont Cenis pourra accepter 300.000 PL/an !
Aujourd’hui, les travaux de cette ligne sont terminés et … 20.000 PL seulement l’utilisent !
( ce qui passe au MB en 10 jours !)
Et on vient nous dire qu’on ne peut envoyer les PL au Mt Cenis du jour au lendemain ?
 
On se fout de notre gueule !
 
 3.      Conclusions
 
Nous accusons l’Etat :
  - d’illégalité  parce qu’il ne respecte pas la loi ;
  - de laxisme criminel parce qu’il ne prend  aucune mesures   devant ce problème  de santé publique ;
  - d’irresponsabilité  parce qu’il  continue  inlassablement sa politique du tout routier ;     
  - de faiblesse  parce qu’ils  refusent les mesures d’urgence en cédant  une fois de plus aux  lobbies
     des transporteurs.
 
Par ailleurs, nous dénonçons  la politique  de la SNCF qui favorise ses filiales routières au détriment  du rail, tant  pour le fret que pour les voyageurs.
 
Enfin, nous déplorons  le laxisme  des  professionnels  de la montagne alors que la pollution dont nous souffrons détruit non seulement notre santé, mais également   l’image  du patrimoine naturel dont ils vivent !
 
Oui : la vallée de l’Arve est une des vallées la + polluée de France ! C’est  une vérité qui dérange !
-          Dire la vérité, fera  peut-être fuir quelques touristes …
 Mais entre tiroir caisse et santé, il faut choisir !
-          Cacher la vérité  est un mauvais calcul car un jour,  les touristes  fuiront  définitivement nos stations pour respirer  l’air pur  ailleurs.
 
J’appelle donc  les guides, les moniteurs , les hôteliers, les commerçants, les Agents Immobilier,
les Offices de Tourismes  et tous les citoyens, à se mobiliser massivement pour faire pression sur  les responsables  politiques  afin qu’ils prennent les mesures   qui s’imposent.
D’ici peu, il sera trop tard pour pleurer !
 
Devant la gravité de la situation et devant le laxisme généralisé, le poid des mots est la seule arme légitime qui nous reste.
Pour défendre  ce qu’on croit être juste, mieux vaut  la révolte que l’indifférence.
Notre rôle est d’informer, de convaincre et de se révolter s’il le faut.
Car  tant qu’on se bat, il y a de l’espoir.

Le rapport moral du Président est mis au vote: Il est adopté à l'unanimité.


b)Maryline Métral, trésorière, présente le rapport financier:
Au préalable chacune des personnes présentes a pu en prendre connaissance individuellement:

PRODUITS
Cotisation 9 716,00
Produits annexes 0,60
Produits financiers 448,27
TOTAL 10 164,87
Produits exceptionnels 1 321,58
TOTAL DES PRODUITS 11 486,45
CHARGES
Matériel de propagande 260,65
Fournitures administratives et petit équipement 165,47
Assurances multirisques 683,03
Documentation technique 73,15
Honoraires 1 255,00
Frais d’animation des manifestations 296,85
Impression des bulletins d’informations 1 480,65
Voyages et déplacements 727,80
Affranchissement 927,61
Téléphone 564,62
Internet 391,62
Cotisations aux associations 308,00
Film photos 107,00
Frais acte contentieux 478,40
Service bancaire 14,50
Variation stock marchandise 71,92
Dotations aux amortissements 303,83

TOTAL DES CHARGES 8 110,10
RESULTAT 3 376,35

Les comptes clos en 2011 montrent une amélioration significative de la situation financière.
Nos efforts pour mobiliser financièrement nos adhérents ont engendré une augmentation de 17% des recettes à 9 716 € contre 8 308 € perçues en 2010.
Le placement sur un livret bleu de notre trésorerie a dégagé 448 € d’intérêts contre 83 € en 2010.
Nos recettes encaissées s’élèvent donc à 10 164 € contre 8 950 € en 2010 soit + 1 214 €
Parallèlement, nos efforts pour rationaliser et minimiser nos dépenses ont permis d’économiser 6 025 € pour ne s’élever qu’à hauteur de 8 110 € en 2011 contre 14 135 € en 2010.
Ces éléments ont permis donc d’effacer partiellement la perte de l’exercice précédent et améliorent notre trésorerie de 1 156 € nets. Cette dernière s’élève à 23 799 € au 31/12/2011, dont 22 101 € sont placés sur un compte Livret Bleu ne présentant donc aucun risque financier.

La trésorière soumet le rapport financier au vote: Il est adopté à l'unanimité.

c)Tiers sortant:
Sont sortants: Yvonne Villaume, Françoise Fogola et Bertrand Erny. Tous trois se représentent et sont réélus.
Font act de candidature au conseil d'administration de l'ARSMB:
Laurent Blondaz et Gérard Decorps: Ils se présentent et font part de leur motivation à intégrer le C.A.
Jean Pierre Comeliau quitte ses fonctions de Président:
Après 15 ans de militantisme et 9 ans de présidence, il fait part des raisons de son choix, décision qu'il avait porté à la connaissance de l'ensemble du C.A qu'il quitte également tout en restant adhérent actif.
Un hommage lui est rendu par montage audio-visuel retraçant son engagement à militer, rassembler, convaincre et sa passion pour la montagne.
Une réunion de C.A se tiendra le 12 mars 2012 afin d'élire le nouveau bureau de l'Association.

FIN DE L'ASSEMBLEE GENERALE STATUTAIRE.

Seconde partie:
a)Jean Martinetti, Vice-Président, présente l'état des lieux et l'évolution des trafics en replaçant les problématiques dans le contexte:

“Nous sommes la génération ARSMB de l’après catastrophe.
Notre histoire, pour la plupart, a commencé en 2002, cette année de la montagne marquée par le retour des camions au pays du Mont-Blanc.
10 ans après, l’ARSMB répond encore présent.
Jean Pierre a succédé à Georges, un ou une autre lui succédera. Ainsi va la vie associative.
Il reste tant de travail à accomplir, surtout en cette année électorale décisive.

Au delà de notre rôle de sentinelle et d’alerte sur les problématiques environnementales locales, nous nous devons d’accompagner les changements comportementaux nécessaires à la réalisation de notre objectif: mettre en œuvre au plus tôt cette société du « mieux vivre environnemental » au pays du Mont-Blanc.
D’où notre présence dans les institutions mises en place par nos interlocuteurs, telles que Air Rhônes Alpes, le Comité de suivi du PPA, et bien d’autres…Sans pour cela abandonner notre indépendance et notre liberté d’action, comme nous avons toujours su le faire jusqu’à présent.
(Dernier exemple notre manifestation à la gare de péage de Cluses samedi dernier…)

2012 et 2013 sont des années clés qui vont concrétiser -nous l’espérons- la mise en application d’un PPA contraignant, la mise en place effective de l’écotaxe sur les poids lourds, l’intégration des coûts externes aux péages autoroutiers, sans oublier notre combat fondamental pour la diminution du trafic des camions TIR dans la vallée de l’Arve et leur transfert sur le rail…et cerise sur le gâteau la problématique des mega camions de 60 tonnes qui pointent à nouveau leur nez à Bruxelles.

Comme dirait l’autre: y a du pain sur la planche pour l’ARSMB…
…et à chaque jour suffit sa peine…

1) - Faisons d’abord faire le point sur le trafic routier , dans le haut de la vallée de l’Arve, au pays du Mont blanc:

Du Fayet à Chamonix, il est possible de décomposer le trafic routier (vl+Pl) en 3 catégories:
1- Le trafic local et touristique interne à la vallée qui semble en voie de régulation compte tenu des initiatives et des efforts faits par les collectivités locales.

2- Le trafic pendulaire local et touristique généré par la route blanche (RN 205) qui est en augmentation sensible depuis plusieurs années= de l’ordre de 15.000 véhicules/jour en moyenne sur l’année.

3- Le trafic transfrontalier du Tunnel du Mont-Blanc qui est en très nette augmentation =5000 véhicules/j sur l’année avec plus de 1650Pl/j…records battus (voir bulletin 24)…et dont les dernières données (janvier+février 2012) montrent une augmentation de 3,5% du trafic des camions TIR.

Or en terme de pollution atmosphérique, il faut savoir:

- que les améliorations technologiques des moteurs (normes Euro) compensent à peine la croissance du trafic routier et les kilomètres parcourus= + 15% pour les tonnes/km en région Rhônes et Alpes en 2011.

- qu’à technologie égale et en circuit de montagne, un Pl de 40t pollue 6 à 8 fois plus qu’une voiture (GES compris).
Ainsi sur la route blanche (RN 205), bien que les camions TIR soient 6 fois moins nombreux à circuler que les voitures, la pollution qu’ils dégagent est équivalente à celle de l’ensemble des autres véhicules.

En terme de santé publique, on voit donc tout l’intérêt qu’il y a à réduire le trafic routier et surtout celui des camions TIR pour faire baisser la pollution au pays du Mont Blanc.(voir mesure T2)
Le problème est que l’Etat et le CG 74 actionnaires principaux de l’ATMB tirent un maximum de recettes de ce type de trafic…

2) - Le point sur le tansfert modal des marchandises sur les trains:

C’est très vite fait:
Au plan régional l‘Autoroute ferroviaire d‘Aiton (l’AFA) est en perdition. Moins 40% de trafic en ce début d’année 2012 par rapport à 2011...alors que les travaux d’agrandissement du tunnel historique de la ligne ferroviaire du Mont-Cenis sont terminés depuis 6 mois.
Rappelons que cette ligne ferroviaire a une production annuelle de 20.000 Pl /an… alors qu’en 2003 on nous avait promis pour 2007 plus de 300.000Pl/an.
Comme quoi, même en 2012, les promesses n‘engagent que ceux qui les croient…
Au plan national c’est la cata. La part du ferroviaire pour les marchandises en France est passée de 22% en 1990 à 8,8% en 2010.
Alors qu’en Allemagne elle est de22%, en Autriche de 37%, en Suisse de 40% et dans les traversées alpines suisses de 70%.
En clair:
Il existe en France une véritable volonté de démolition du système de transfert modal des marchandises de la route vers le rail.
Sont à la manœuvre les lobbies routier, les sociétés d’autoroutes et il faut bien l’admettre les Gouvernements.
Alors posons la question qui tue: « Puisque le trafic ferroviaire fret a été divisé par deux depuis 2000, il y a donc de la place sur le rail. Qui l’a prise?…Pas besoin de lignes nouvelles telles que le Lyon-Turin? »
Justement, parlons-en de ce Lyon-Turin-ferroviaire-fret (le LTF): comme nous l’avons noté dans le bulletin de février, toutes les salades qu’on nous sert actuellement à son sujet, ça mange pas de pain et ça n’amuse que les crétins. 

Alors, baisser les bras? D’autres que nous auraient déjà mis la clé sous la porte. Pas l’ARSMB.
Nous faisons notre cette parole de guide: « Si l’on n’a pas atteint le sommet de la montagne, alors ce n’est pas de montagne qu’il faut changer mais de stratégie ». 

b)Simon Métral présente un diaporama commenté, retraçant le diagnostic et l'état de la vallée en matière de pollution atmosphérique, des sources des divers polluants, des phénomènes naturels aggravants, et des remédiations potentielles par les mesures du PPA.
Doc consultable sur www.arsmb.com.
Les résultats des mesures réalisées par Air APS pour 2011 ne montrent aucune amélioration bien au contraire. Pour les PM10, 70 jours de dépassement à Passy pour 35 autorisés par la loi, pour le NO2, des taux très élevés à proximité des axes routiers. La situation est identique sur l'ensemble de la vallée notamment à Annemasse où le Préfet diligente un PLQA (Plan Local de la Qualité de l'Air), ainsi qu'à Annecy. Pour les HaP et surtout le benzo a Pyrène, de source majoritairement industrielle, les taux catastrophiques relevés en 2008 et dont le Dauphiné Libéré s'était légitimement fait l'écho (Passy ville la plus polluée de France) sont quasi identiques sur l'ensemble 2011. Cela met en cause la crédibilité de la CLIS de SGL Carbon S.A (Commission Locale d'Information et de Surveillance) dont les rapports angéliques sont en totale contradiction avec la réalité de terrain enregistrée et divulguée par Air APS. Et s'il en était de même à la CLIS de l'usine d'incinération?
Pour l'Ozone, l'été, résultats médiocres à moyens à la station de mesure de l'Aiguille du Midi.

c)Le Docteur Cécile Buvry, médecin généraliste à Passy présente un diaporama commenté détaillant pour chaque polluant ses effets sur la santé, morbidité et mortalité.
Pour les oxydes d'azote (NOX) dont le NO2: irritations, troubles et infections pulmonaires, cancer du poumon, aggravation de l'asthme.
Pour les PM10, troubles respiratoires, bronchite chronique, maladies cardio-vasculaires, cancer pulmonaire.
Ozone et COV (composés organiques volatiles), pathologies de l'appareil respiratoire.
Pour chaque polluant le lien est établi entre sa concentration et son impacte sanitaire. Il est aisé d'inclure les habitants de la vallée dans des tableaux chiffrés, par modélisation, traçant les résultats d'enquêtes épidémiologiques sur d'aures sites. Le risque cardio vasculaire n'est pas suffisamment considéré. Il faut à tout prix réduire ces taux, donc les émissions, dans les trois domaines (industriel, résidentiel transports). Il faut combattre les pics de pollution mais également et surtout les taux au quotidien car ce sont les expositions chroniques qui ont le plus d'effets dangereux. Les médecins déplorent un déficit d'information des taux de polluants ou des indices de qualité de l'air dans les médias et dans les mairies.

d)Gérard Decorps, entrant au CA de l'ARSMB, représentant de la Frapna, membre des CLIS SGL Carbon S.A et Incinérateur, soulève le problème des polluants mesurables au sol, dont les métaux(cuivre, zinc, mercure et autres plomb). Les polluants s'ajoutent dans l'organisme, ceux que nous respirons, et ceux susceptibles de se retrouver dans notre alimentation. Ajoutons ceux qui stagnent à l'intérieur des habitats.

Le débat:

Eric Fournier maire de Chamonix-Mont-Blanc, insiste sur la nécessité de mesures claires initiant des régulations ou un transfert du trafic PL en cas de pics. Au sein du PPA des mesures d'incitations fiscales doivent être volontaristes pour améliorer les dispositifs de chauffage.
Autres interventions (ordre fortuit).
Gilles Petitjean maire de Passy, signale que bien avant le PPA il avait mis en place des dispositions propres à réprimer le brûlage de déchets verts et l'écobuage.
Gorges Morand maire de Sallanches reconnaît le travail de l'ARSMB sans toutefois soutenir certaines actions de terrain. Ensuite il s'exprime sur les déboires de sa commune relatifs au PLU puis au PDU?.
Philippe Deparis candidat dans la 6ème, fait part de son implication sur ce thème et de réunions publiques qu'il avait organisées notamment en 2007 à Cluses.
Marie France Marcos candidate dans la 6ème, rappelle son engagement passé aux côtés de l'ARSMB et entend bien poursuivre.
Jean Luc Arcade candidat dans la 3ème, la soutient en ce sens et rappelle la responsabilté des députés et des conseillers généraux.
Martine Léger EELV propose un blocage des UTN (Unité Touristique Nouvelle) tant que la vallée n'a pas atteint une qualité de l'air satisfaisante.

Quelques réactions “anonymes”
Mieux expliquer les vertus d'un chauffage au bois efficace.
Passy et Sallanches devraient mettre en place une politique commune des déplacements doux.
Un habitant de Marignier déplore l'augmentation permanente du nombre d'habitants en Haute-Savoie qui génère une urbanisation galopante, des déplacements qui saturent. Il faut arrêter d'attirer les gens ici.
Nous devons mesurer les niveaux de compétence dans le débat qui nous anime entre les collectivités territoriales et l'Etat.
Une adhérente crie sa colère de devoir confiner les enfants en période de pics pour permettre aux camions de rouler.
Les élus de la vallée de l'Arve devraient être beaucoup plus volontaristes en matière de politique environnementale.
Le bilan environnemental du quinquénat qui s'achève est calamiteux malgré les promesses de 2007.
Les maires pourraient prendre un arrêté interdisant le fonctionnement des moteurs à l'arrêt.
Une vraie piste cyclable entre Passy et Sallanches.
Le vrai problème est la carence de l'offre en transports collectifs. Nous devons modifier nos modes de déplacement.

Compte tenu des inquiétudes soulevées par de nombreux participants, il est rappelé à l'ensemble des participants que le territoire du Mont-Blanc et de la haute vallée de l'Arve fait (comme l'ensemble du territoire national) l'objet d'une campagne électorale législative sujette à la prolongation de ce débat.
Le président lève la séance en remerciant le public et les élus pour être venus aussi nombreux à cette Assemblée Générale. L'ARSMB ne lâchera pas.



Réunion arrêtée vers 24h00 avant le pot de l'Amitié.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------












Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

07-Mar-2012 - Suite à l'AG 2012...

Retrouvez ci-dessous :
- le Diaporama présenté lors de notre AG et qui contient une multitude d'infos sur la pollution subie en vallée de l'Arve. Source des données : Air APS / Air Rhône-Alpes



- le rapport moral de l'ARSMB



Le texte du rapport moral
Je souhaite faire le bilan de l’année 2011, mais également des 5 dernières années.

1. La situation en 2012 par rapport à nos espoirs de 2007

En 2007, l’écologie était au cœur de la campagne présidentielle.

Le Pacte écologique était signé, le Grenelle de l’Environnement était annoncé, et le volontarisme apparent du chef de l’Etat nous promettait un réel changement.

En 2012, le contexte est tout différent: face à la crise économique, l’écologie passe au second plan.

Au niveau national:

Le Pacte écologique est oublié, le Grenelle est détricoté, la taxe carbone est rejetée,le projet Lyon-Turin est enterré, et le fret ferroviaire qui devait augmenter est quasi inexistant.

De plus, la politique du ‘tout routier’ continue: multiplication des autoroutes, doublement du tunnel routier du Fréjus, escamotage de l’Ecotaxe, et acceptation des camions de 44 Tonnes!

Au niveau local:

Le tunnel du MB bat tous ses records de trafic depuis 2002: 1.865.000 véhicules on traversé le tunnel en 2011, (dont 1.240.000 VL. et 625.000 PL; soit : 1700 camions/jour avec des pointes à 2.500 !). Enfin, l’offre ferroviaire locale continue de baisser, la SNCF remplaçant de plus en plus de trains voyageurs par des cars sur la route !...Encore la route !

Résultat : l’air pur des montagnes : c’est raté ! La vallée de l’Arve souffre d’une pollution infernale !

Trois polluants principaux:

Les poussières fines(PM10) très dangereuses pour la santé : 70 jours de dépassement des seuils d’alerte, contre 35 autorisés ! La France est donc ‘ hors la loi’ et paye de lourdes amendes à l’Europe.

Le Dioxyde d’azote : sa valeur limite est fréquemment dépassée, et ce qui est plus grave, sa valeur moyenne est élevée en permanence.

Les HAP, en particulier le Benzo a Pyrène: polluant industriel hautement cancérigène etdont le taux en 2011, est encore 3 x supérieur à la valeur cible!

Conséquences: Décès, cancer, difficultés respiratoires, allergies : le constat médical est sans appel. Et que fait le Préfet ?... RIEN. Il se limite à dire : « fermez vos fenêtres et évitez le sport ! »… Voilà où on en est !!

L’ARSMB, les autres associations de la vallée et un groupement de médecins ont donc:

déposé plainte contre l’Etat et réclamé au Préfet la mise en place d’un Plan de protection de l’atmosphère.(PPA)

2. Le Plan de Protection de l’atmosphère

Durant toute l’année 2011, les associations ont contribué à l’élaboration de ce PPA. Celui-ci contient des mesures temporaires en cas de pic de pollution, et des mesures pérennes pour diminuer les émissions de polluants, tant dans les transports, l’industrie ou le chauffage.

Mais, à l’issue de ce travail, les mesures retenues par le Préfet représentent, certes, quelques avancées positives, mais s’avèrent nettement insuffisantes.

1ere remarque : Le PPA est principalement axé sur les PM10. Pourquoi ? La réponse est simple

Pour les PM10, le chauffage représente 50% des émissions (en hiver). C’est donc le citoyen qui est coupable de se chauffer ! C’est lui le fautif!

Pour le Dioxyde, c’est le Transport routier qui en est le principal responsable (80% des émissions)...Mais là, pas question d’imposer des mesures qui nuiraient aux transporteurs!

Quant au HAP(benzo a Pirène), l’industrie locale en émet 80% : leur émissions et leur contrôle est confié à une CLIS (commission locale d’information et de surveillance), aujourd’hui inefficace puisque leur émissions en 2011 sont aussi élevées qu’en 2008!

Constat : Il est plus facile de culpabiliser le citoyen qui se chauffe, que de s’en prendre aux lobbies routiers, et plus facile d’accuser la population que d’incriminer la politique de l’Etat, ou de se mettre à dos les transporteurs et les industriels… Certes, des efforts sont à faire en matière de chauffage…mais le citoyen qui se chauffe est devenu le bouc émissaire idéal!

2eme remarque : Devant l’aggravation de la pollution durant l’automne 2011, nous avons réclamé au Préfet, des mesures d’urgence en cas de pic de pollution. Certains élus l’ont fait également. On s’en félicite!

La principale mesure était de transférer obligatoirement les camions, non pas au Fréjus, mais sur la ligne ferroviaire existante du Mt Cenis.

Cette mesure a été refusée sous prétexte « qu’on ne peut mettre les camions sur les rails, du jour au lendemain !!! » nous a déclaré un responsable des services de l’Etat !

Or, voilà

20 ans qu’on réclame les marchandises sur les trains;

20 ans qu’on réclame des infrastructures ferroviaires pour le fret;

15 ans qu’on nous promet le Lyon/Turin fret, aujourd’hui enterré;

10 ans qu’on nous promet que la ligne du mont Cenis pourra accepter 300.000 PL/an!

Aujourd’hui, les travaux de cette ligne sont terminés et … 20.000 PL seulement l’utilisent! (ce qui passe au MB en 10 jours !)

Et on vient nous dire qu’on ne peut envoyer les PL au Mt Cenis du jour au lendemain ?

On se fout de notre gueule !

3.Conclusions

Nous accusons l’Etat:

d’illégalité parce qu’il ne respecte pas la loi;

de laxisme criminel parce qu’il ne prend aucune mesures devant ce problème de santé publique;

d’irresponsabilité parce qu’il continue inlassablement sa politique du tout routier;

de faiblesse parce qu’ils refusent les mesures d’urgence en cédant une fois de plus aux lobbies des transporteurs.

Par ailleurs, nous dénonçons la politique de la SNCF qui favorise ses filiales routières au détriment du rail, tant pour le fret que pour les voyageurs.

Enfin, nous déplorons le laxisme des professionnels de la montagne alors que la pollution dont nous souffrons détruit non seulement notre santé, mais également l’image du patrimoine naturel dont ils vivent!

Oui : la vallée de l’Arve est une des vallées la + polluée de France! C’est une vérité qui dérange!

Dire la vérité, fera peut-être fuir quelques touristes …OK.

Mais entre tiroir caisse et santé, il faut choisir!

Cacher la vérité est un mauvais calcul. Car un jour, les touristes fuiront définitivement nos stations pour respirer l’air pur ailleurs.

J’appelle donc les guides, les moniteurs , les hôteliers, les commerçants, les Agents Immobilier, les Offices de Tourismes et tous les citoyens, à se mobiliser massivement pour faire pression sur les responsables politiques afin qu’ils prennent les mesures qui s’imposent.

D’ici peu, il sera trop tard pour pleurer!

Devant la gravité de la situation et devant le laxisme généralisé, la violence des mots est la seule arme légitime qui nous reste.

Pour défendre ce qu’on croit être juste, mieux vaut la révolte que l’indifférence.

Notre rôle est d’informer, de convaincre et de se révolter s’il le faut.

Car tant qu’on se bat, il y a de l’espoir.

J.P.Comeliau

Président de l’ARSMB.
 

22-Fev-2012 - Manif ce samedi 25 février. Ce territoire est aussi à nous.

L'Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc organise une action de protestation contre le laxisme des autorités compétentes à réagir face à la pollution atmosphérique dans la vallée de l'Arve.
Le PPA tarde à voir le jour.
Des mesures proposées par les associations sont écartées.
La priorité est donnée aux lobbies de la route.
Après une année 2011 hors la loi, 2012 se profile sans volonté de remédiation.
L'impact sur la santé publique est largement confirmé.
Nous n'attendrons pas si passivement la fin de l'hiver et les élections.

Rejoignez-nous pour dénoncer cela le samedi 25 février 2012 à 14h00 précises au péage autoroutier de Cluses. Passer le péage de Cluses dans le sens Genève-Chamonix et se garer sur la droite.
Déploiement de banderoles « vous êtes dans une des vallées les plus polluées de France ».
Que fait l'état?
Filtrage de la circulation aux barrières et distribution de tracts.


VENEZ NOMBREUX.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

20-Fev-2012 - Lire notre bulletin n°24 : février 2012

Pour télécharger notre dernier bulletin, cliquez sur ce lien:
lien vers le bulletin 24
Vous pouvez également le lire directement ci-dessous. Passez en "plein écran" en cliquant sur la rectangle dans le coin en bas à droite de la fenêtre ci-dessous. Bonne lecture. ARSMB plus que jamais !
 

13-Fev-2012 - Dis....pourquoi tu tousses???

PAS TOUCHE A MON TRAFIC !
2011, l’Année de tous les records au tunnel du Mont-Blanc.

Côté pile une ATMB qui ne connaît pas la crise. Quadruple A pour son GEIE-TMB:
- record du trafic léger (voitures et motos) depuis son ouverture en 1965 =1.244.452 u.
- record du trafic lourd (camions +bus) depuis sa réouverture en 2002 =622.007 u.
- record du trafic total depuis 2002 =1.866.459 u.
- record des recettes…
( Pour la petite histoire, un autre record était acquis le 31 décembre 2011 à zéro heure soit un jour avant la fin de l’année: celui des camions TIR dont le compteur annuel affichait 605.929 camions, soit environ 34.000 de plus qu‘en 2010 ( +5,9%) et 500 de plus qu‘en 2006 l‘année record de cette dernière décade. Autant dire que sur la plateforme du tunnel le champagne était au frais pour ce réveillon quintuplement historique…Et patatras, voilà la météo qui fait des siennes. Pas moyen de pétarader les avalanches qui menacent. Le Maire de Chamonix qui a retenu la leçon de 1999 prend ses responsabilités: l’accès au tunnel est fermé à 6h.30. « A 9h.01 la Préfecture de la Zone de défense Sud-Est déclenche le Plan de Franchissement Alpin jusqu’au lendemain dimanche 1er janvier 2012 » et les camions ont pris la direction du Fréjus.
Deux cent vingt-cinq camions manquent à l’appel. Adieu le quintuple A tant attendu…)*
Côté face un seul A comme Asphyxie pour les riverains de la Route « blanche »:
- record de pollution au Dioxyde d’azote aux Bossons, déclenchement d’un Plan de Protection de l’Atmosphère sur tout le périmètre de la vallée de l’Arve, baisse de la vitesse obligatoire etc…
DIS, POURQUOI TU TOUSSES ?


*données 2011 www.tunneldumont-blanc.com = 605.955 camions en 2011 contre 606.176 en 2006 (année record)





 

13-Fev-2012 - Tunnel de Tende

Ce 14 janvier l'ARSMB s'est rendue à Tende sollicitée par les Associations locales qui luttent contre le doublement du Tunnel de Tende. Le thème de ce rassemblement touchait à l'impact du trafic routier sur la qualité de l'air.
Dans le cadre d'une sécurisation de ce tunnel, l'option apparemment favorite des décideurs est le doublement de l'ouvrage qui deviendrait de fait double tube monodirectionnel. Les opposants privilégient une sécurisation en monotube bidirectionnel avec mise en place d'abris, d'ilôts de retournement, alternat de circulations avec signalisation tricolore et surveillance electronique permanente.
Cela éviterait un apport de trafic conséquent, cet axe reliant le littoral niçois à la province de Cuneo vers l'Italie du Nord traversant la vallée de la Roya encaissée et surtout à préserver comme joyau du massif du Mercantour.
Après l'intervention d'une ingénieure d'Air PACA et d'un médecin local, l'ARSMB a fait part de son expérience en la matière, faisant le constat sans appel des impacts du développement des infrastructures routières sur l'emprise foncière, les paysages et la qualité de l'air. Et cela on connaît....D'autres lieux mais une problématique ressemblante avec des alternatives occultées: une ligne de chemin de fer remonte la vallée de la Roya et ne demande qu'à se moderniser.

Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici
 

13-Fev-2012 - Le PPA et...Fantomas.    [Galerie photos]

On nous avait dit que le Plan de Protection de l'Atmosphère (PPA) serait activé le 31 décembre 2011, puis début janvier 2012. Nous sommes mi-février et on ne voit toujours rien venir. Pas la moindre apparition spectrale, pas de fugace voile blanc flottant comme dans un mauvais rêve.
Il y a bien eu le 1er février une réunion du CODERST dont les associations ont été écartées, mais son but aurait été de répondre à des inquiétudes de transporteurs. Selon des représentants de la DREAL présents, « cette réunion n'a eu pour effet que l'inutilité et la perte de temps ».
Cela dépend du côté où l'on se place: Il s'agirait plutôt d'en gagner du temps: Attendre la fin de ce foutu hiver et attendre que passent les élections.
Oui mais voilà: Si nos espoirs placés en ce PPA sont devenus fantomatiques, la pollution atmosphérique elle, est bien réelle, visible et puante, à couper au couteau. Elle s'exhibe impudique, le jour et la nuit. Les cabinets des médecins ne désemplissent pas. La population a franchi un niveau supérieur dans son inquiétude. Et n'est pas faite pour la rassurer la métamorphose subite des panneaux de signalisation d'ATMB (Autoroute et Tunnel du Mont-Blanc) passés de « Pollution Réduction de vitesse obligatoire » à « Ralentissez Bouchons ». Surtout ne pas alerter les vagues de visiteurs-skieurs venus s'adonner aux joies de la glisse et respirer l'air pur de nos montagnes. Et puis un bouchon ça se résorbe avec un peu de patience. Un stratus pourri aux PM 10, aux HaP et autres NO2, c'est plus tenace, ça s'amplifie au fil des jours et c'est surtout cancérigène.
Alors Monsieur le Préfet, Monsieur le Député, que faites-vous? A part convaincre sans grand mal les médias de dénoncer le chauffage, toujours le chauffage, rien que le chauffage, au bois s'il vous plaît. Au risque de convaincre les citoyens pourtant peu enclins à se faire prendre pour des billes (de bois), ce chauffage est devenu un maléfice mystique, une apparition satanique sortie tout droit des courtines d'un vieux château. Stoppons ce rêve fût-il cauchemar!
La réalité n'engendre pas la plaisanterie: L'hiver il fait froid et se chauffer n'est pas un acte criminel.
Le PPA a émis des mesures de réduction d'émissions polluantes intéressantes en la matière: Encore faut-il informer la population du panel d'aides à disposition du citoyen pour ce faire. Ce sera pour 20013? 2014? En d'autres domaines d'autres mesures ont été écartées, dont la T2 qui pourtant ne demande qu'un report de trafic TIR sur le Rail en période de pics de pollution. Décidément le courage n'est pas le propre des fantômes. Le laxisme est devenu criminel et l'asservissement aux lobbies s'avère assassin. D'autres fantômes ont le couteau entre les dents.
En 2011, Air APS a comptabilisé 70 jours de dépassements de la valeur limite des PM10 pour 35 jours autorisés par la LOI. Pour 2011, les taux de BaP sont trois fois supérieurs au seuil légal. Les taux de NO2 à proximité des axes routiers sont alarmants. L'été c'est l'ozone qui prend le relais. L'année 2012 a bien mal démarré avec la mise en seuil d'alerte niveau 2 pour toute la vallée. Plusieurs jours durant, l'indice de l'air a atteint 10 sur une échelle de 10: En résumé, pas moyen de faire pire.
Citoyens, Environnementalistes, Médecins, Associatifs, nous avons fait beaucoup pour sensibiliser, informer, proposer, participer. Notre santé, celle de nos enfants, notre environnement ne sont pas à vendre à des intérêts fantômes, surtout face à des responsables fantoches.
Ce débat sera ouvert lors de l'Assemblée Générale de l'ARSMB le vendredi 02 mars 2012 à 20h30 au Majestic de Chamonix-Mont-Blanc. Nous serons sans concession.


Pour nous envoyer un email a ce sujet cliquez ici